Grèce : retour redouté du FMI et de l'UE

le
0
Les Grecs vont devoir économiser 4,2 milliards d'euros de plus en 2011.

En ce début de printemps, un groupe d'experts de l'Union européenne et du Fonds monétaire international est une nouvelle fois à Athènes. Pendant une semaine, ils examineront l'avant-projet du budget triennal grec (2012-2015), qui sera dévoilé à la fin du mois et qui comprend les prévisions budgétaires des grands ministères, liées à la poursuite des réformes structurelles.

Le cinquième versement du prêt de 110 milliards d'euros accordé par le FMI et l'UE n'est donc pas directement en jeu cette fois-ci. Mais le contrôle de l'application des mesures d'austérité reste une priorité pour les créanciers devenus suspicieux. Et pour cause: le gouvernement grec doit revoir à la hausse son déficit pour 2010. Les chiffres ne seront officialisés par Eurostat que le 26 avril prochain ; mais, déjà, Georges Papaconstantinou, le ministre grec des Finances, admet qu'il ne sera pas à 9,4% mais à 10,6% du PIB.

Privatisations

Pour Yannis Stournaras, du think tank écono

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant