Grèce-Report du prochain départ de migrants pour la Turquie

le
0
 (Actualisé, report du nouveau départ) 
    ANKARA/LESBOS, 5 avril (Reuters) - La Grèce a reporté à 
vendredi le prochain transfert de migrants entre les îles 
grecques de la mer Egée et la Turquie, a annoncé mardi un 
responsable du gouvernement turc. 
    La Turquie avait auparavant fait savoir qu'elle était prête 
à accueillir mercredi deux cents autres migrants renvoyés de 
Grèce, dans le cadre de l'accord conclu entre l'Union européenne 
et Ankara afin de tarir le flot de l'immigration illégale en 
Europe. 
    Lundi, un premier groupe de 202 migrants, en majorité des 
Pakistanais et des Afghans, ont atteint le port turc de Dikili 
en provenance des îles grecques de Lesbos et de Chios. 
    L'accord conclu le mois dernier par l'UE et Ankara, dénoncé 
par plusieurs groupes de soutien aux réfugiés, prévoit que la 
Turquie reprenne tous les migrants arrivés clandestinement en 
Grèce depuis le 20 mars, y compris les Syriens. 
    Ankara a obtenu en contrepartie que l'Union prenne 
directement en charge des milliers de Syriens réfugiés en 
Turquie, ainsi qu'une aide financière renforcée, une 
accélération de l'exemption de visas pour ses ressortissants et 
une reprise des négociations d'adhésion à l'UE. 
    "Cet accord évitera de transformer la mer Egée en cimetière 
pour les migrants", a déclaré le Premier ministre turc Ahmet 
Davutoglu au Parlement. 
    Sur l'île de Lesbos, plusieurs dizaines de migrants ont 
manifesté mardi contre leur possible renvoi en Turquie si leur 
demande d'asile est rejetée. 
    Le premier groupe renvoyé lundi en Turquie comprenait 130 
Pakistanais, 42 Afghans, ainsi que des Iraniens, des Congolais, 
des Sri-Lankais, des Bangladais, des Indiens, des Irakiens, des 
Ivoiriens et des Somaliens, selon une source européenne. 
Figuraient aussi parmi eux deux Syriens qui avaient demandé à 
retourner en Turquie, ont dit des responsables turcs. 
    Du port de Dikili, ces migrants ont été conduits en car, 
escortés par des gendarmes, vers un "centre d'accueil et de 
transfert" dans la ville de Kirklareli, près de la frontière 
bulgare, d'où la plupart devraient être renvoyés dans leur pays 
d'origine. 
    Pour le moment, dans le cadre de l'accord, près de 80 
Syriens ont été autorisés à se rendre dans des pays européens -- 
32 en Allemagne, onze en Finlande et 34 qui sont attendus ce 
mardi aux Pays-Bas, précise un rapport de la Commission 
européenne. 
 
 (Orhan Coskun et Karolina Tagaris, avec Dasha Afanasieva à 
Izmir; Guy Kerivel pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant