Grèce : pourquoi le problème est loin d'être réglé

le
6
Alexis Tsipras doit renier ses promesses de campagne et élargir sa coalition s'il veut appliquer l'accord négocié sous la pression avec ses partenaires.
Alexis Tsipras doit renier ses promesses de campagne et élargir sa coalition s'il veut appliquer l'accord négocié sous la pression avec ses partenaires.

Le feuilleton grec est loin d'être terminé. Lundi, les chefs d'État et de gouvernement de la zone euro se sont simplement mis d'accord pour entamer les négociations sur un troisième plan d'aide. Mais les obstacles à sa mise en place effective sont nombreux.

À commencer par la nécessité de l'adoption d'une liste de réformes préalables à Athènes mercredi 15 juillet, puis d'un second train de mesures d'ici au 22. Alexis Tsipras paraît assuré d'obtenir une majorité grâce aux soutiens des partis d'opposition. Le Pasok (Parti socialiste) et la Nouvelle Démocratie (droite), ses prédécesseurs au pouvoir, ne veulent pas d'une sortie de l'euro. Mais le Premier ministre grec pourrait faire face à la fronde d'une fraction de son propre parti, Syriza.

Volonté incertaine en Grèce

Preuve que l'application des nouvelles mesures d'austérité réclamées par ses partenaires ne sera pas un long fleuve tranquille, Alexis Tsipras a affirmé mardi ne « pas croire » au programme qu'il avait endossé la veille ! S'il a signé, c'est uniquement « pour éviter le désastre au pays », a-t-il expliqué à la télévision publique grecque.

Les risques de déraillement dans les prochains mois ne sont donc pas négligeables, notamment parce que les mesures réclamées par le reste de la zone euro pour continuer à financer le pays devraient d'abord avoir des effets récessifs sur une économie déjà très affaiblie par plus de deux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • miez1804 le jeudi 16 juil 2015 à 09:21

    Une seule solution: GREXIT,

  • janaliz le jeudi 16 juil 2015 à 09:08

    Selon les propos de Tsipras, hors de l'Europe et de l' euro point de salut ! Ce n'est pas un europhile qui le dit... Mélonchon doit ruminer dur...

  • M8637171 le jeudi 16 juil 2015 à 09:08

    et donner enfin de la liberté à nos entreprises par la modifications des contrats de travail, des horaires et l'abaissement généralisé des charges.

  • M8637171 le jeudi 16 juil 2015 à 09:06

    Ces réformes ne vont pas assez loin; Notamment, elles maintiennent un état obèse, non productif et plein d'emplois fictifs en place. tant que les états grecs et Français resteront aussi obèse, dispendieux et largement inefficace, les problèmes s'aggraveront. les dépenses de l'état comprennent notre trop grand financement des élus. Il faut faire des réformes sur notre système politique trop onéreux et corrompus, notre état trop dispendieux, inefficace et onéreux,

  • b.renie le jeudi 16 juil 2015 à 05:56

    La seule solution est politique en laissant la Grèce maitresse de sa monnaie pour gérer à sa façon et à son rythme le déficit structurel de ses finances publiques. Il est cocasse que Monsieur HOLLANDE prétende imposer aux grecs ce qu'il ne fait pas en France qui en a pourtant plus que besoin

  • EuropeGa le mercredi 15 juil 2015 à 19:30

    « Sans l'Allemagne, les taux d'intérêts français seraient beaucoup plus hauts » lit-on souvent. Je ne sais pas si c’est vrai, mais dans l’affirmative, que fait donc l’Allemagne pour cela ?