Grèce : pourquoi Alexis Tsipras rencontre Vladimir Poutine

le
0
Grèce : pourquoi Alexis Tsipras rencontre Vladimir Poutine
Grèce : pourquoi Alexis Tsipras rencontre Vladimir Poutine

Une visite de deux jours qui fait jaser au sein de l'Union Européenne (UE). Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, est en Russie, où il doit notamment rencontrer le président Vladimir Poutine, ce mercredi midi. Jeudi, il rencontrera son homologue russe, Dmitri Medvedev, pour parler «collaboration économique et commerciale».

Ce voyage intervient alors que la Grèce est en pleine négociation avec ses créanciers, l'UE et le FMI (Fonds monétaire international) et alors qu'Alexis Tsipras est taxé par certains analystes d'être le cheval de Troie de la Russie en Europe en raison de certaines prises de position conciliantes à l'égard de Moscou, la capitale russe. Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, s'est voulu rassurant, affirmant mardi que la crise grecque devait «se résoudre dans le cadre de la famille européenne», manière de dire que la Grèce ne cherchait pas d'aide financière ailleurs qu'auprès de ses partenaires européens. Selon le ministère russe des Finances, aucune demande officielle pour un prêt de la Russie à la Grèce n'a d'ailleurs été adressée.

La Grèce est opposée aux sanctions contre Moscou

Dans un contexte de crise ukrainienne qui a dégradé les relations UE-Russie, cette visite de deux jours d'un responsable européen à Moscou ne passe pas inaperçue et les mises en garde n'ont d'ailleurs pas tardé. Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a demandé à Tsipras de «ne pas mécontenter ses partenaires européens» en brisant l'unité de l'UE à l'égard de la Russie, alors que la Grèce fait partie des pays européens opposés aux sanctions contre Moscou. Le ministre allemand de l'Économie, Sigmar Gabriel, a, quant à lui, dit ne pas «imaginer que quiconque à Athènes soit prêt à tourner le dos à l'Europe pour se jeter dans les bras de la Russie».

VIDEO. Visite controversée de Tsipras en Russie

«Avec cette visite, la Grèce n'obtiendra bien entendu aucun argent pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant