Grèce: Pas d'accord à attendre à Riga, confirme Dombrovskis

le
0

RIGA, 24 avril (Reuters) - Il ne faut pas attendre un accord de la réunion des ministres des Finances de l'Eurogroupe consacrée à la Grèce qui se tient ce vendredi dans la capitale de la Lettonie, a confirmé le commissaire européen à l'Euro et au Dialogue social, Vladis Dombrovskis. Le gouvernement grec, a-t-il dit à son arrivée à Riga, doit accélérer le travail sur la liste de réformes à mettre en oeuvre en échange du déblocage d'une nouvelle tranche de l'aide financière internationale. L'incertitude politique nuit au potentiel de croissance du pays, a ajouté le commissaire européen. Athènes et ses partenaires de la zone euro doivent faire le point à Riga sur l'état d'avancement des discussions en vue d'un accord sur un ensemble de réformes à entreprendre en Grèce en échange du déblocage d'une nouvelle tranche de l'aide financière. Initialement, et aux termes du compromis conclu le 20 février avec ses partenaires de la zone euro, le gouvernement grec, qui commence à être à bout de ressources, avait jusqu'à la fin avril pour détailler les réformes à mettre en oeuvre pour obtenir les 7,2 milliards d'euros restants prévus par le plan d'aide. Mais, ces derniers jours, les parties impliquées dans les discussions se sont employées à minimiser les attentes autour de la réunion de Riga. Dès mercredi, Thomas Wieser, qui dirige le groupe de travail de l'Eurogroupe préparant les décisions des réunions ministérielles, révélait que la délégation grecque ne présenterait pas à cette occasion de liste de réformes économiques à ses partenaires. (voir ID:nL5N0XJ40F ) Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, qui avait fait savoir cette semaine qu'il se rendrait Riga avec des "attentes limitées", a confirmé lui aussi à son arrivée dans la capitale lettone qu'il ne pensait pas que les discussions déboucheraient sur un accord avec Athènes. Le gouvernement grec a cependant proposé vendredi, par l'intermédiaire de son ministre des Finances, Yanis Varoufakis, une série de concessions sur des réformes réclamées par ses créanciers internationaux. (voir ID:nL5N0XL0DQ ) Les discussions deviennent plus consistantes, a affirmé vendredi matin le commissaire européen Pierre Moscovici, mais les progrès demeurent trop lents. (Ingrid Melander et Jan Strupczewski; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux