Grèce : «Nous avançons vers un accord», affirme Hollande à Bruxelles

le , mis à jour le
119
Grèce : «Nous avançons vers un accord», affirme Hollande à Bruxelles
Grèce : «Nous avançons vers un accord», affirme Hollande à Bruxelles

Pas d'accord finalisé ce lundi soir mais des avancées marquantes entre la Grèce et ses créanciers, qui pourraient éviter la banqueroute de la Grèce, menacée de défaut de paiement en cas de non remboursement de la somme de 1,5 milliard d'euro au FMI le 30 juin. Dès l'issue d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro en début d'après-midi, le patron de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a estimé qu'une «chance» existait en «vue d'un accord cette semaine», tout comme Jean-Claude Juncker, président de la Commission. 

Le Fonds monétaire international (FMI) et les autres créanciers de la Grèce ont accueilli favorablement les dernières propositions faites dans la nuit de dimanche à lundi par Athènes.

Ce vent d'optimisme qui a soufflé en fin d'après-midi à Bruxelles a été confirmé à l'issue du sommet extraordinaire des chefs d'Etat convoqué en début de soirée à Bruxelles. A son issue, un peu avant minuit, alors que la Grèce annonçait accepter le principe d'une prolongation de son plan d'aide, le président de la République affirmait «avancer vers un accord» qui devrait être entériné mercredi, lors d'une nouvelle réunion des ministres des Finances de l'Eurogroupe.

>>> Revivez en direct les événements de ce lundi

23h57. «Je suis convaincu que nous allons parvenir à un accord final au cours de cette semaine, car nous en avons besoin», a assuré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Filant la métaphore footballistique, il a estimé que la Grèce et ses créanciers ne peuvent «jouer les prolongations». Un point sur lequel la patronne du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, a insisté : «Nous sommes à court de temps», a-t-elle lancé après le sommet.

23h42. «Toutes les parties sont déterminées à trouver une solution. Les nouvelles propositions grecques sont un pas en avant», a fait valoir le président du Conseil européen Donald Tusk, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sarestal le mardi 23 juin 2015 à 19:58

    Un jour...ce serait bien que la presse dresse le bilan désastreux de l'Europe.

  • coffrefo le mardi 23 juin 2015 à 19:04

    ouf on était au bord du gouffre !!!!!

  • pbenard6 le mardi 23 juin 2015 à 17:27

    mosco doit passer plus de temps à entretenir sa barbe de 2 ou 3 jours qu'à travailler

  • M3273519 le mardi 23 juin 2015 à 15:45

    Il n'y pas de fonds Ytram

  • YTRAM le mardi 23 juin 2015 à 15:41

    Jute une petite question est ce que quelqu'un voit le fonds du tonneau ou pas ?

  • M3273519 le mardi 23 juin 2015 à 15:34

    Un accord oui mais pas de solution...

  • nicog le mardi 23 juin 2015 à 15:20

    Données actuelles 2015d1/ PIB Grèce 2014 = 213 Md Eurd2/ Dette grecque= 320 Md Eurd3/ Dette/PIB = 1,50Conditions pour un règlement Grecc1/ Si restructuration da la dette avec Taux intérêt à 2%c2/ Alors intérêts/an = 6,4 Md Eurc3/ budget doit être excédentaire immédiatementc4/ Si Remboursement de capital/an de 6 Md Eurc5/ si PIB grec est constantc6/ au bout de 22 ans, le ratio Dette/PIB = 90%ce qui est soutenable.L'Europe ne doit plus financer de nouvelle dette.

  • trador8 le mardi 23 juin 2015 à 14:46

    Oh mais qu'il est fort ce hollande !

  • nicog le mardi 23 juin 2015 à 14:43

    L'Europe ne doit plus prêter un seul Euro à la Grèce si elle n'est pas en excédent budgétaire. Pas compliqué à comprendre.

  • d.e.s.t. le mardi 23 juin 2015 à 13:31

    L'ECTOPLASME élyséen n'est jamais à une banalité près!