Grèce: Moscovici optimiste sur "un accord global" d'ici fin 2016

le , mis à jour à 17:26
10
e commissaire européen aux affaires économiques et financières Pierre Moscovici à Athènes lors d'un entretien avec le Premier ministre grec le 28 novembre 2016 ( AFP / LOUISA GOULIAMAKI )
e commissaire européen aux affaires économiques et financières Pierre Moscovici à Athènes lors d'un entretien avec le Premier ministre grec le 28 novembre 2016 ( AFP / LOUISA GOULIAMAKI )

Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques, s'est dit optimiste mardi à Athènes sur la conclusion de l'examen du programme grec et "d'un accord global, y compris les discussions sur la dette d'ici la fin de l'année".

"Notre objectif est de conclure un accord global d'ici la fin de l'année, y compris les discussions sur la dette, ce qui est réalisable", a indiqué le commissaire lors d'une conférence de presse, concluant une visite de deux jours à Athènes.

Il a estimé que "la Grèce avait fait d'importants efforts" et que "le deuxième examen du programme grec était sur la bonne voie".

"Je suis convaincu d'un accord au niveau technique avant l'Eurogroupe crucial (réunion des ministres des Finances de la zone euro) du 5 décembre", a souligné le commissaire.

Lors de la conclusion du premier examen du programme grec en mai, les créanciers du pays, UE et FMI, avaient convenu du début des discussions sur la dette publique d'ici la fin de l'année, si la Grèce tenait ses engagements sur les réformes.

Selon Moscovici, Athènes et ses créanciers européens étaient "très proches" d�
Selon Moscovici, Athènes et ses créanciers européens étaient "très proches" d'un accord qui ouvrirait la voie à des pourparlers vitaux. Moscovici à Athènes le 28 novembre 2016 ( AFP / LOUISA GOULIAMAKI )

A l'issue d'un entretien lundi avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras, M. Moscovici avait indiqué qu'Athènes et ses créanciers européens étaient "très proches" d'un accord qui ouvrirait la voie à des pourparlers vitaux.

- 'Etre réalistes' -

Interrogé pour savoir si la Grèce aurait besoin d'un quatrième programme après la fin du troisième, M. Moscovici a dit qu'"on ne pouvait pas l'exclure" mais que "certainement la Commission ne voudrait pas un quatrième programme".

"Trois programmes sont suffisants (...) Notre objectif est la sortie de la Grèce" de la tutelle de ses créanciers, a-t-il expliqué.

Depuis le début de la crise de la dette, la Grèce a reçu trois prêts internationaux, le troisième ayant été accordé en juillet 2015 sur trois ans.

Malgré l'opposition de l'Allemagne, le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem a affirmé que des mesures sur la dette seraient discutées le 5 décembre et espère convaincre le FMI de rejoindre le programme, pour lequel il a pour l'instant refusé de s'engager financièrement.

Il admet par ailleurs que les objectifs budgétaires fixés en mai à la Grèce sont difficiles à tenir, ce qui le met en opposition avec le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble.

"Le FMI a raison quand il dit que maintenir un excédent primaire de 3,5% du PIB sur une très longue période est une chose difficile à demander et nous devons être réalistes", a-t-il dit aux eurodéputés à Bruxelles.

"Nous avancerons pas à pas", a-t-il ajouté.

Mardi, le service des statistiques grec a annoncé une révision à la hausse de la progression du Produit intérieur brut (PIB) pour le troisième trimestre 2016, à 0,8% contre 0,5% estimé initialement.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras  aux côtés du commissaire européen  Pierre Moscovici  lors de leu
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras (G) aux côtés du commissaire européen Pierre Moscovici (D) lors de leur entretien à Athènes le 28 novembre 2016 ( AFP / LOUISA GOULIAMAKI )

Sur un an, le PIB a progressé de 1,8% contre 1,5%, estimé initialement par Elstat il y a deux semaines.

Pour l'année 2016, Athènes et la Commission européenne prévoient toutefois un recul de 0,3% du PIB.

Mais le pays doit renouer avec la croissance en 2017, avec une hausse de 2,7% du PIB, selon les prévisions budgétaires grecques. La Commission prévoit une croissance entre 2,5% et 3%, a dit M. Moscovici.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Newinks il y a une semaine

    Peut-être pourrait-il suggérer au Petit Leader Rose qu'il fasse aussi quelques économies...Cela éviterait à Fillon de retrouver trop de cadavres dans les placards une fois élu.

  • nayara10 il y a une semaine

    Au pays du sirtaki ,de l'ouzo et du soleil .C'est-y nous qu'on paye ...????...

  • jmlhomme il y a une semaine

    Lui touche un salaire sans impots nationaux....comme les autres...Il faut changer cela et pour tout le monde. Fillon va nettoyer la France... J'espere qu'il va proposer la meme chose en Europe.....Grand nettoyage des fonctionnaires européens.... Je suis pour l'Europe mais pas pour qu'ils distribuent notre argent.... Facile d'etre genereux avec les grecs....aprés dejà trois restructurations... Il faut trouver un Fillon Grec

  • hlh78 il y a une semaine

    Vivement le Frexit, et on sera débarrassé de ces Commissaires politiques qui vivent comme des nababs !

  • M8587219 il y a une semaine

    C'est Julien Dray qui lui a prêté une belle montre?

  • M3039634 il y a une semaine

    A partir de mai 2017, la France sera à nouveau représentée à Bruxelles, car actuellement ce poste est vacant. Il faudra alors passer aux choses sérieuses !

  • best01 il y a une semaine

    ce nul il a rien a nous apprendre

  • kejocol il y a une semaine

    lui on le connait bien en France et on est pret a le donner aux Grecs avec un peu d'argent. c'est le meilleur pour parler et donner des lecons mais un peu moins bon pour mettre en oeuvre les actions. en fait un gars bien payé a rien faire. on e veut plus de ces technocrates.

  • xk8r il y a une semaine

    Moscou Vichy pauvre France

  • fquiroga il y a une semaine

    beni oui oui....

Partenaires Taux