Grèce-Moscovici confiant à la veille de la réunion de l'Eurogroupe

le
2
    PARIS, 23 mai (Reuters) - Le commissaire européen aux 
Affaires économiques et financières Pierre Moscovici s'est 
déclaré lundi confiant sur la perspective d'un accord entre 
Athènes et ses créanciers, à la veille d'un Eurogroupe consacré 
à la Grèce.  
    La réunion de mardi des ministres des Finances de la zone 
euro vise a déterminer si la Grèce a rempli les conditions qui 
lui ont été fixées, Athènes espérant convaincre ses créanciers 
de débloquer une nouvelle tranche d'aide et d'entamer les 
négociations sur l'allègement de sa dette.     
    "J'espère et je crois que nous pouvons parvenir à un accord 
demain", a déclaré Pierre Moscovici lors d'un point presse à 
Paris.  
    "Je ressens de la part de tous les principaux protagonistes, 
FMI compris bien sûr, une volonté commune d'aboutir", a-t-il 
poursuivi.  
    "Ce ne sera pas une réunion facile, elles ne le sont jamais, 
mais je suis raisonnablement optimiste et je sens la volonté de 
tous d'aboutir à un accord le plus global possible", a-t-il 
indiqué.  
    Le commissaire européen a salué les réformes adoptées 
dimanche par le Parlement grec, estimant qu'"il y a une étape 
clé qui a été franchie" et une "confirmation claire de la 
volonté grecque de (...) maintenir le programme sur la bonne 
voie".   
    Pour Pierre Moscovici, les réformes adoptées par la Grèce 
suffiront pour lui permettre d'atteindre les objectifs 
budgétaires qui lui ont été fixés et les réformes "optionnelles" 
destinées à garantir le respect de ces objectifs, également 
validées dimanche par la Vouli, resteront effectivement une 
option.         
    "Je suis impatient qu'il n'y ait plus de 'cas grec', que la 
Grèce devienne simplement un pays européen comme les autres", a 
indiqué Pierre Moscovici, soulignant que dans cette Odyssée, 
"l'Eurogroupe de demain c'est une étape importante vers le 
port."     
 
 (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Brocan2 il y a 7 mois

    Étape décisive, en effet: nous pourrons officiellement continuer à payer pour les grecs... Tout simplement parce que la BCE ne veut pas prendre la perte dans ses comptes qui impliquerait un renflouement pas les états dont certains sont bien incapables de faire, on reporte l'echeance à un délai infini. L'inflation, que la BCE souhaite voir repartir, laminera tout cela. Attention, danger. Un de plus.

  • M9425023 il y a 7 mois

    Le benêt est toujours confiant.