Grèce : Merkel en visite sur fond d'éclaircie financière

le
0
Grèce : Merkel en visite sur fond d'éclaircie financière
Grèce : Merkel en visite sur fond d'éclaircie financière

C'est au terme d'une semaine faste pour le gouvernement grec, marquée par un retour réussi sur les marché financier, qu'Athènes reçoit ce vendredi la visite de chancelière allemande Angela Merkel. Jeudi, la Grèce a réalisé sa première émission obligataire depuis 2010: la vente, sursouscrite au moins huit fois, a permis de distribuer 3 milliards d'euros d'obligations à cinq ans assorties d'un coupon annuel de 4,75%. Selon une source de marché, les investisseurs sont venus à 47% du Royaume-Uni, à 7% de Grèce, à 31% du reste de l'Europe et à 15% du reste du monde. Ce placement est une réussite inespérée pour un pays encore classé par les agences de notation parmi les valeurs spéculatives.

La responsable de la première économie européenne, partisane depuis le début de la crise grecque d'une rigueur sans concession, trouvera des arguments dans la tournure des derniers événements. «Voyez chers Grecs, ce fut dur pour vous, mais à présent ça repart», «voilà ce que devrait proclamer la chancelière à Athènes», pronostiquait cette semaine le quotidien allemand "Die Zeit"; voyant dans ce discours un «signal fort», un mois avant le scrutin européen du mois de mai. «Les récents résultats économiques de la Grèce prouvent que la voie suivie était la bonne», défendait dimanche dans la presse grecque le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble, visant une opinion publique allemande parfois irritée des milliards dépensés pour la Grèce.

Le centre-ville sous haute sécurité

Angela Merkel, qui arrive à Athènes dans l'après-midi de vendredi, exposera sa vision face à de jeunes entrepreneurs, avant une conférence de presse aux côtés du Premier ministre de la coalition conservateurs-socialistes grecque, Antonis Samaras. Alors que le centre-ville sera sous haute sécurité et interdit aux manifestations -- comme à chaque visite d'un haut responsable européen --, les partisans d'une autre politique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant