Grèce : les négociations reprennent ce dimanche à Bruxelles

le
9
Grèce : les négociations reprennent ce dimanche à Bruxelles
Grèce : les négociations reprennent ce dimanche à Bruxelles

Après un après-midi et une soirée de discussions qui n'ont rien donné, samedi, les ministres des Finances de la zone euro se réunissent de nouveau ce dimanche, à 11 heures, pour tenter de trouver un accord sur la Grèce. Ils ont cinq heures pour y parvenir, avant que ne commence à 16 heures le sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement des 28 pays membres de l'Union. En début de semaine, à la suite de la victoire du « non » au référendum grec, de nombreux pays avaient fait comprendre que l'issue devait être trouvée rapidement, et définitivement. Demain, la Grèce pourrait donc sortir de l'euro. Ou obtenir l'aide suffisante pour s'y maintenir. Un nouveau compte à rebours est lancé.

En coulisses, la nuit n'a pas permis d'avancer.  Le dossier grec tient à une donnée subjective, ténue, friable et souvent malmenée : la confiance. Certes, les mesures proposées par Athènes, avalisées par son Parlement, et défendues samedi par le négociateur des Grecs devenu ministre des Finances lundi Euclide Tsakalopos, sont les bonnes pour les Européens. Ce sont les mêmes, à quelques infimes nuances, que le programme proposé par les créanciers (Commission européenne, BCE et FMI) le 26 juin, la veille du jour où Alexis Tsipras a ajourné les discussions en lançant l'idée d'un référendum éclair.

A LIRE. Les propositions grecques au crible

C'est justement parce qu'elles sont les mêmes que beaucoup de pays doutent : la Grèce, qui les a déjà rejetées, tiendra-t-elle cette fois ses promesses ? L'Autriche, la Finlande, la Slovaquie n'y croient plus du tout. L'Allemagne et les Pays-Bas affichent leur scepticisme. « Est-ce qu'on peut faire confiance au gouvernement grec pour qu'il fasse ce qu'ils promettent dans les prochaines semaines, (les prochains) mois ou (les prochaines) années ? », s'était même interrogé le président de l'Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem à son arrivée à 13 heures. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le dimanche 12 juil 2015 à 18:33

    Pas d'aides sans un suivi obligatoire par les préteurs de la mise en application des engagements de la Grèce avec des résultats. Les aides ne seront acquises qu'après des résultats positifs effectifs et contrôlés.

  • stmaster le dimanche 12 juil 2015 à 10:09

    Oui nanard83, les négociateurs font la grasse matinée et se font servir un petit déjeuner copieux qui dure une heure, on est riche où on ne l'est pas ! Pendant ce temps, les pauvres sont au pain sec !

  • stmaster le dimanche 12 juil 2015 à 10:06

    Le diktat financier a remplacé l'invasion militaire. Et dire que nous avons contribué à une Allemagne forte pour qu'elle asservisse à nouveau l'Europe et appauvrisse les peuples.

  • stmaster le dimanche 12 juil 2015 à 10:04

    Totalement d'accord fjg !

  • nanard83 le dimanche 12 juil 2015 à 09:44

    D'abord , pourquoi 11 h , c'est trop tard pour entamer des discussions de cette importance , d'autant qu'ils vont commencer par l'apéro !!! Ils auraient du commencer à 6 h , quand le jour est levé !!!

  • Abi04 le dimanche 12 juil 2015 à 09:34

    L'allemand n'a pas la mémoire courte, lui réfléchi avant d'agir !! Hollande ne réfléchi pas et est prêt à aider n'importe qui ?? tous cela avec des emprunts ( comme d'hab avec l'argent des autres) pas de problème Mme la Marquise la maison brûle j'ai appelé le super pompier François et il m'a promis d'arriver très rapidement mais voilà déjà plus de trois ans que je l'attends... Chercher l'erreur moi je l'ai trouvé et pourtant je n'ai pas été à l' ENA

  • ceriz le dimanche 12 juil 2015 à 09:18

    surtout : méfiez vous des français qui eux veulent le plan des 70 milliards! ne les écoutez pas ( ils sont pareil que les grecs)il n pas possible de garder les grecs.

  • fjg le dimanche 12 juil 2015 à 09:08

    l'allemagne a abandonné l'agression par les armes, échouée il y a 65 ans, pour adopter une agression par la finance...Question de fierté nationale, ils n'ont pas aimé qu l'on rappelle le passé

  • M951753 le dimanche 12 juil 2015 à 08:52

    Une vrai bande de gui.gnol ces technocrates surtout l allemand qui a la mémoire courte...