Grèce : les Français «généreux» et les Allemands «égoïstes»

le
0
Solidarité oblige, le coût de l'aide à nos partenaires de la zone euro ne fait pas réellement débat en France. L'Allemagne voit les choses autrement.

Du jamais vu sous la République. Les députés examineront demain un projet de loi de finances comportant côté face une aide de la France à la Grèce, de 15 milliards d'euros, et côté pile un plan de rigueur de 12 milliards d'euros pour les contribuables français. Ce télescopage de la générosité envers autrui et de l'austérité pour soi-même est beau comme l'antique. Les soutiens français à la Grèce, à l'Irlande et au Portugal, qu'ils prennent la forme de prêts ou de garanties, s'élèveront à 47,4 milliards d'euros, soit 730 euros par Français. C'est l'ordre de grandeur des emprunts russes accordés à la Russie des tsars qui représentaient 15 milliards de francs or en 1917 (50 milliards de nos euros). Mais comme le professait François Mitterrand, «la France est notre patrie, l'Europe est notre avenir».

Les sondages le montrent invariablement, les Français cultivent l'esprit de fraternité. «Au nom de la solidarité européenne, votre pays doit-il aide

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant