Grèce : les cinq députés néonazis arrêtés seront poursuivis

le
0
Grèce : les cinq députés néonazis arrêtés seront poursuivis
Grèce : les cinq députés néonazis arrêtés seront poursuivis

Les autorités grecques ont frappé un grand coup samedi contre le parti néonazi Aube dorée, en arrêtant son dirigeant, Nikos Michaloliakos, et plusieurs députés. Des poursuites pénales ont été engagées dans la soirée par le procureur contre le chef du parti et les quatre autres députés de cette formation, qui restent tous détenus jusqu'à leur présentation à un juge.

Les poursuites ont été ouvertes sous le chef de «participation à une organisation criminelle» et «direction» de cette organisation s'agissant de Nikos Michaloliakos. Ces qualifications sont également retenues à l'encontre des quinze autres membres du parti, dont deux policiers, également arrêtés dans la journée.Un sixième parlementaire du parti est recherché.

Trente mandats d'arrêt lancés à travers le pays

Dans la foulée, le ministre de l'Ordre public, Nikos Dendias a qualifié cette journée «d'historique pour la Grèce et l'Europe : cela prouve à tous, notamment aux jeunes, que l'Etat de droit n'est pas nu et impuissant (...)».

Des mandats d'arrêt concernant 30 autres personnes ont été lancés à travers le pays par la Cour suprême grecque, à laquelle a été confiée l'enquête sur le récent meurtre d'un musicien par un militant de cette formation. Depuis le meurtre de Pavlos Fyssas, 34 ans, le 18 septembre, les autorités ont lancé une vaste enquête sur ce parti soupçonné de nombreuses violences contre des migrants et des militants de gauche.

VIDEO. Grèce : coup de filet contre les néonazis d'Aube dorée

Michaloliakos, surnommé le «Führer»

La Grèce ne tolèrera pas qu'Aube dorée «mine la vie sociale et la démocratie», avait prévenu le 19 septembre Samaras, au lendemain du drame. La première réplique du gouvernement est survenue lundi avec la démission et la suspension de plusieurs cadres de la police grecque dans le cadre d'une enquête, toujours en cours, sur les liens entre les forces de police et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant