Grèce : les banques respirent mais les échéances de remboursement approchent

le
0
Grèce : les banques respirent mais les échéances de remboursement approchent
Grèce : les banques respirent mais les échéances de remboursement approchent

«Le vent a tourné» pour la Grèce. Le ministre des Finances Yanis Varoufakis s'est montré très positif, dans une interview à Bloomberg Television, quant à la situation des banques grecques. «Il y a un afflux vers le secteur bancaire», qui a vu revenir 700 millions d'euros de dépôts auprès de celles-ci mardi dernier, jour du feu vert de la zone euro à l'extension jusqu'à fin juin du programme d'aide. 

«Et je n'ai pas vérifié les chiffres pour aujourd'hui (NDLR : mercredi, jour de l'entretien), mais je suis sûr que cela continue (...) C'est une question de direction, une fois que le vent a tourné, l'espoir revient» pour la Grèce et ses 11 millions d'habitants, a ajouté Yanis Varoufakis.  

L'accord arraché mardi par la Grèce à ses partenaires, en échange de promesses de réformes, est effectivement source d'espoir pour le gouvernement d'Alexis Tsipras. Le Premier ministre veut mettre à profit les quatre mois qui viennent pour formuler un «nouveau contrat» entre la Grèce et ses partenaires. Le spectre d'une sortie de la zone euro, un «Grexit» semble donc, pour le moment, écarté.

Les échéances de remboursement arrivent vite

Ces affirmations très positives du gouvernement grec et l'accord avec la zone euro ne règlent toutefois pas les problèmes pressants de financement des remboursements à venir. «On n'aura pas de problème en ce qui concerne les liquidités de l'Etat (...) mais on aura des problèmes pour rembourser les tranches du FMI maintenant et de la BCE en juillet», a reconnu mercredi soir Yanis Varoufakis.

La Grèce croule sous 320 milliards d'euros de dette, pas loin de deux fois son Produit intérieur brut (PIB), détenue en majorité par les créanciers internationaux : les pays de la zone euro - directement et via le Fonds européen de stabilité financière (FESF) -, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque centrale européenne (BCE), qui a acheté depuis 2010 des obligations d'Etat ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant