Grèce : les banques dans le collimateur des agences

le
0
La dégradation de la Grèce par les agences de notation, au début du mois de mai, a fini par affecter la notation de plusieurs grandes institutions financières françaises.

Début mai, les agences de notation américaines Moody's et Standard & Poor's tiraient la sonnette d'alarme sur la situation financière toujours fragile de la Grèce, en dégradant fortement la notation de la dette souveraine du pays. Et Fitch, la troisième grande agence, a enfoncé le clou vendredi dernier en abaissant de trois crans la note d'Athènes.

Mais depuis quelques jours, l'action des agences de notation va au-delà de la sphère des dettes souveraines. Plusieurs décisions récentes de dégradation donnent corps aux craintes de contagion d'un pays à l'autre d'une part, des dettes souveraines vers le système bancaire d'autre part.

Dans ce contexte, S & P s'en est pris en priorité... aux institutions financières françaises. Groupama a été le premier touché. La semaine dernière, l'agence américaine a dégradé de « A - » à « BBB + » la notation de l'assureur mutualiste, compte tenu de « son exposition aux obligations émises par le gouverneme

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant