Grèce : le plan d'aide «ne marchera pas», prédit l'ex-ministre Varoufakis

le , mis à jour à 22:16
6
Grèce : le plan d'aide «ne marchera pas», prédit l'ex-ministre Varoufakis
Grèce : le plan d'aide «ne marchera pas», prédit l'ex-ministre Varoufakis

Alors que le Parlement grec doit donner jeudi son aval au troisième plan d'aide de 85 milliards d'euros sur trois ans, l'ancien ministre grec de l'Economie Yanis Varoufakis pense que ce plan «ne marchera pas», comme il l'a confié la télévision britannique BBC World mercredi, contredisant le Premier ministre et son ancien partenaire Alexis Tsipras qui s'est dit «confiant». «Ceux qui ont un désir secret, un plan secret pour réaménager la zone euro en utilisant la Grèce comme excuse échoueront», a-t-il assuré.

Si la Grèce et ses créanciers  (Union européenne, Banque centrale européenne, Mécanisme européen de stabilité et Fonds monétaire international) ont trouvé mardi «un accord technique de principe» sur cette troisième tranche, Berlin n'a pas dit son dernier mot. Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble va «soulever des questions» vendredi à 15 heures lors d'une réunion de l'Eurogroupe. Les ministres des Finances de la zone euro se retrouveront en chair et en os à Bruxelles pour se prononcer sur ce nouveau plan, alors qu'une réunion par visioconférence était initialement prévue.

Varoufakis sceptique sur le bien-fondé de ce troisième plan. «Demandez à tous ceux qui connaissent l'état des finances grecques et ils vous diront que cet accord ne marchera pas», a déclaré Yanis Varoufakis sur la BBC. Même le ministre des Finances allemand, avec lequel il n'a cessé d'être en désaccord, «est allé au Bundestag pour dire que ce plan ne fonctionnera pas», a-t-il ajouté. Les autres négociateurs seraient d'accord avec lui et «le ministre des Finances grec dit à peu près la même chose», a-t-il soutenu, ajoutant: «Le FMI s'en lave les mains, désespérant d'un programme basé sur une dette ingérable, et pourtant c'est le programme que tout le monde travaille à mettre en place». Yanis Varoufakis a démissionné du gouvernement grec début juillet. Il s'était opposé fermement à la décision du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le jeudi 13 aout 2015 à 06:17

    Quand bien même sera-t-il adopté politiquement par tous les intervenants, il ne résout pas l'équation budgétaire bouffée par le service d'une dette qui représente deux années de PIB soit à un taux de remboursement de 5% par an représente 40 années plus le service des intérêts. Ce sont deux générations complètes qui sont sacrifiées. Insoutenable à défaut d'être ingérable

  • SB1954 le jeudi 13 aout 2015 à 00:30

    C"est évident ! cette dette est trop monstrueuse et ce plan scélérat enlève à la grèce tout espoir de reprise

  • pascalcs le jeudi 13 aout 2015 à 00:19

    Il est dans le vrai comme depuis le début de ses interventions. Un des rares "politique" qui ne soit pas faux-cul.

  • d.e.s.t. le mercredi 12 aout 2015 à 22:39

    Enfin lucide! mais ça nous dirige tout droit vers le Grexit! Génial!

  • M802641 le mercredi 12 aout 2015 à 22:36

    C'est évident que cela ne peut pas marcher sans annuler partiellement la dette. En entreprise, on prend la perte dans le compte de résultat afin de la mettre derrière soi et ne pas hypothéquer l'avenir; mais l'Eurogroupe semble incapable d'admettre une perte définitive. C'est vrai que ce ne sont pas des manageurs d’entreprise.

  • crcri87 le mercredi 12 aout 2015 à 21:57

    Si Varoufakis et Schaüble disent la même chose c'est que c'est vrai.Le prochain coup c'est le Grexit