Grèce : le Parlement autorise Tsipras à négocier avec les créanciers

le , mis à jour le
260
Grèce : le Parlement autorise Tsipras à négocier avec les créanciers
Grèce : le Parlement autorise Tsipras à négocier avec les créanciers

Alexis Tsipras a remporté une manche décisive et la Grèce voit s'éloigner le spectre de la sortie de l'euro. Dans une ambiance tendue, le Parlement grec a voté la proposition de reformes défendue dans l'hémicycle par le Premier ministre qui avait fait de ce vote un choix de «haute responsabilité nationale».

 

Alexis Tsipras, qui a reconnu un programme de réformes «loin des promesses» de mettre fin à l'austérité, a recueilli 251 votes positifs sur un total de 300 députés pour aller négocier samedi avec les créanciers du pays (UE, BCE, FMI) sur la base de la proposition qu'il a mise sur la table jeudi soir. Mais il a enregistré les défections d'environ dix députés de son parti de gauche radicale Syriza qui se sont abstenus ou, pour deux d'entre eux, ont voté contre ce plan d'accord. 

Ce vote crucial a eu lieu un peu après à 3 heures à Athènes (2 heures à Paris). Le soutien des députés grecs va permettre à Alexis Tsipras de conclure ce week-end à Bruxelles un accord en vue d'un troisième plan d'aide d'un montant de 74 milliards d'euros sur trois ans. Quelques heures auparavant, les créanciers de la Grèce (UE, BCE, FMI) qui ont examiné vendredi la nouvelle proposition soumise jeudi par le gouvernement grec l'avaient jugée «positive». 

Relèvement de la TVA, âge de la retraite, relance des privatisations, taxes sur les sociétés...cette proposition, qui fait renaître l'espoir d'un accord évitant à Athènes la sortie de l'euro, sera examinée samedi par les ministres des Finances de l'union monétaire réunis à Bruxelles. Selon une source européenne, la réunion de l'Eurogroupe devrait déboucher au mieux sur un accord politique», la décision de relancer les négociations avec Athènes incombant au sommet des chefs d'Etat ou de gouvernement des 28 qui aura lieu dimanche à Bruxelles.  Si la Grèce et ses partenaires européens s'entendent, au moins huit parlements de la zone euro devront donner leur aval, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dioptaze le samedi 11 juil 2015 à 12:32

    Bitcoin gratuit miam argent gogogo www.cryptos-revolution.com

  • CHANOMAR le samedi 11 juil 2015 à 11:03

    Tsipras n a pas le choix il a une obligation de réussite pas encore la France qui est au bord du gouffre Vendredi, le Parlement français - deuxième puissance économique de la zone euro - a adopté des réformes destinées à relancer l'économie moribonde du pays, qui fait face à une faible croissance et à un chômage élevé, ainsi qu'à un important endettement public, source de tensions avec Bruxelles.des réformettes mais pas pour alléger les dépenses de millier de politiciens

  • M802641 le samedi 11 juil 2015 à 08:46

    Le problème majeur est qu'il y a un doute sérieux, voire plus sur la réelle volonté et capacité de la Grèce à mettre en œuvre et réaliser son plan (le "Bercy" local a été divisé par deux). Encaisser et dépenser les cadeaux - c'est facile. Lever les impôts et réorganiser le pays - pas si évident. Le choix de "haute responsabilité nationale" n'y change rien. En cas d'accord, il y aura sans doute rebelote dans 3 ans, mais alors on leur aurait au moins donné une chance !

  • M2286010 le samedi 11 juil 2015 à 07:03

    Un pays où les députés sont plus pragmatiques que dogmatiques, ça existe donc ! Pour nous Français, c'est une découverte...Surtout, ils sont plus intelligents que le peuple qui a voté "Nom" (comme dirais jpmay). Un refus des propositions européennes précipitait le pays dans un chaos indescriptible. Quand à jpmay, il ferait mieux de prendre des cours de Français avant de revenir sur le forum.

  • jpmay le samedi 11 juil 2015 à 06:36

    si je comprend bien..le nom le remporte mais il applique le oui ?......

  • b.renie le samedi 11 juil 2015 à 06:29

    Le gouvernement grec devrait s'intéresser aux comptes bancaires à l'étranger dont les titulaires sont domiciliés en Grèce pour déteminer les montants qui ont pour origine une partie des 330 milliards de dette contractées par le pays, détournée par des oligarques et autre puissants de la société grecque

  • stepone7 le vendredi 10 juil 2015 à 23:20

    petite question ; pourquoi il commence a parler au parlement grec a partir de 00h00 avec un vote a 3h du matin ?? peut etre parceque si ils travaillent la nuit c est payé double ?

  • ca.ho49 le vendredi 10 juil 2015 à 23:20

    Les promesses n'engagent que les personnes qui les ecoutent ! Tsipras fait des promesses et ne les tient pas !

  • ca.ho49 le vendredi 10 juil 2015 à 23:18

    La solution est simple pour Tsipras ! on a eu deux plans qu'on absolument pas respecté ! Donc on leur dit qu'on va faire des mesures dans trois ans et on demande 85 milliards d'euros en attendant ! Bien sur on ne respecte pas les promesses et on demandera un quatrieme plan d'aide. elle est pas belle la vie ? et le pire c'est que les européeens vont dire oui on donne l argent !!

  • bignou56 le vendredi 10 juil 2015 à 23:16

    qu'en pense le peuple? 60 % disent non aux exigences des créanciers mais le 1er ministre grec propose plein de taxes et d’austérité en regardant la copie remise hier.J'ai raté un épisode?Moi pas comprendre.