Grèce : le Parlement adopte les réformes controversées des retraites et de l'impôt

le
0
Le premier ministre grec Alexis Tsipras devant le Parlement à Athènes, le 8 mai.
Le premier ministre grec Alexis Tsipras devant le Parlement à Athènes, le 8 mai.

Les textes, contestés par les syndicats, prévoient notamment la réduction des retraites les plus élevées et l’augmentation de l’imposition, surtout pour les moyens et hauts revenus.

Le Parlement grec a adopté dimanche 8 mai les réformes de la fiscalité et des retraites réclamées par les créanciers internationaux, grâce aux voix de la majorité de la coalition gouvernementale, la gauche Syriza et le parti des Grecs indépendants (ANEL).

Tous les partis de l’opposition, dont la droite de la Nouvelle Démocratie, ont voté contre ce texte, contesté par les syndicats et qui prévoit la réduction des retraites les plus élevées, la fusion des multiples caisses d’assurance, l’augmentation des cotisations, des taxes et de l’imposition surtout pour les moyens et hauts revenus.

Ces mesures étaient nécessaires au déblocage d’une nouvelle tranche d’aide, dans le cadre du plan de sauvetage financier que le premier ministre Alexis Tsipras a négocié l’été dernier avec ses partenaires européens. Les syndicats du privé et du public avaient appelé à une grève générale de quarante-huit heures vendredi et samedi, une mobilisation qui a été plutôt bien suivie.

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant