Grèce : le nouveau Premier ministre Alexis Tsipras a prêté serment

le
0
Grèce : le nouveau Premier ministre Alexis Tsipras a prêté serment
Grèce : le nouveau Premier ministre Alexis Tsipras a prêté serment

Au lendemain de sa victoire aux législatives en Grèce, Syriza, première force avec 149 élus, soit deux sièges de moins que la majorité absolue, va pouvoir former un nouveau gouvernement après un accord avec la droite souverainiste représentée par le petit parti des Grecs indépendants.

Les deux formations vont cumuler une majorité de 162 sièges (149+13) sur 300 sans que la répartition des postes au sein du futur gouvernement soit encore connue. Fort de cette coalition constituée quelques heures seulement après la victoire de Syriza aux législatives anticipées dimanche, Alexis Tsipras, le leader de Syriza, a été officiellement désigné Premier ministre à 16 heures, heure locale (15 heures en France). Il a prêté serment devant le président Karolos Papoulias.

«Je servirai toujours la Grèce et l'intérêt du peuple grec», a déclaré Alexis Tsipras en costume bleu, sans cravate comme à son habitude, lors d'une prestation civile de serment, une première en Grèce, pays orthodoxe, où cette cérémonie revêt d'ordinaire un caractère religieux.

VIDEO. Grèce : «Un jour historique»

Syriza frôle la majorité absolue. Après dépouillement de 99,80% des bulletins, Syriza obtient 36,34% des voix et 149 sièges sur les 300 que compte le Parlement, la droite Nouvelle Démocratie 27,81% (76 sièges), le parti néonazi Aube Dorée 6,28% (17 sièges), Potami 6,05% (17 sièges), les communistes KKE 5,47% (15 sièges), les Grecs indépendants 4,75% (13 sièges), les socialistes Pasok 4,68% (13 sièges).

Vers de difficiles négociations avec l'UE. Le dirigeant de Syriza a commencé lundi ses consultations avec les responsables d'autres formations politiques élues au parlement en vue de constituer la majorité qu'il a manquée de peu, et de former un gouvernement. Le premier responsable politique qu'il a rencontré, au siège du parti Syriza, est Panos Kammenos, dirigeant du parti de droite souverainiste «Les Grecs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant