Grèce : le bras de fer s'engage sur la renégociation de la dette

le
10
Alexis Tsipras dit vouloir mettre un terme à l'austérité.
Alexis Tsipras dit vouloir mettre un terme à l'austérité.

Cette fois, ça y est. Le leader de la gauche radicale Alexis Tsipras a remporté les élections législatives dimanche en Grèce et est devenu, à 40 ans, le plus jeune Premier ministre du pays. Son parti, Syriza, a frôlé la majorité absolue avec 149 sièges sur 300, grâce à la prime de 50 élus accordée au parti arrivé en tête, et s'est allié avec la droite souverainiste représentée par le petit parti des Grecs indépendants. Le reste de la zone euro ne peut plus faire l'autruche. Ses dirigeants vont devoir négocier avec la Grèce un allègement de sa dette promise aux électeurs par Tsipras. La discussion promet d'être d'autant plus tendue que le nouveau Premier ministre n'entend pas appliquer docilement le programme d'austérité concocté par le FMI, la Commission et la Banque centrale européenne, la fameuse Troïka. Il s'est ainsi engagé à faire remonter le salaire minimum à 751 euros brut, niveau qui prévalait en 2010 et diminué à 586 euros depuis 2012 pour tenter de regagner de la compétitivité. "La Grèce décevra tous les Cassandre" (Tsipras)Dans ce bras de fer, aucune des deux parties n'a toutefois intérêt à aller au clash. Les Grecs ne veulent pas sortir de l'euro, pas plus que Tsipras. Et le nouveau Premier ministre aura besoin de la zone euro pour faire face à ses besoins de financement. "Les Grecs sont dans l'incapacité de se financer seuls. Or, leurs besoins pour 2015 sont supérieurs à 20 milliards d'euros", rappelle Philippe...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • abacchia le mardi 27 jan 2015 à 16:20

    Mouais.... L'Europe n'a pas le choix que celui de tenir, au risque de créer un précédent bien dangereux pour les États (dont la France) s'étant portés "garants" des nouvelles dettes émises pour la Grèce. Mais la Grèce n'a pas le choix non plus, puisqu'il lui sera impossible de se financer à moins de 20% sur 10 ans. Promettre et promettre encore avec de l'argent qu'on n'a pas, il ne reste plus à la Grèce qu'à faire totalement défaut et sortir de la zone pour revenir à sa monnaie ! Bon courage !

  • ronanpas le mardi 27 jan 2015 à 16:15

    que Tsipira aille au casse pipe c'est une certitude , les grecs même si ils veulent ne pourront jamais rembourser , les grecs empruntent pour payer seulement les intêrêts de cette dette abyssale , les grecs n'ont pas voulu la recession !!!!! ils auront la misère , de plus il y a bien longtemp que les riches sont partis et l'église !! n'a pas de quoi vivre , maintenant comment va faire ce gouvernement pour payer , îls ont peut être inventé une nouvelle photocopieuse à billet

  • N041866 le mardi 27 jan 2015 à 15:59

    De toute manière les carottes sont cuites avec le qe opéré maintenant il n'y a plus d'espoir avec la dette insurmontable ici et ailleurs !

  • remimar3 le mardi 27 jan 2015 à 15:58

    C'est un mauvais cadeau à faire à la Grèce : qui voudra encore prêter à ce pays si celui-ci ne rembourse pas ses prêts ?Je propose une autre solution : que la Grèce rembourse ses prêts en portions de son territoire qu'elle cèdera aux prêteurs. On appelle cela une saisie des biens.

  • olive84 le mardi 27 jan 2015 à 15:57

    Esperons que la grece fera exploser cet euro destructeur...

  • M6437502 le mardi 27 jan 2015 à 15:55

    En bourse un dicton doit toujours être pris en considération : il vaut mieux se couper un bras que tout perdre.Avec la Grèce,agissons de même.Le peuple souffre énormément? oui,mais s'ils ont élu des filous, ils en sont responsables.Plus un sou, nous en sortirons gagnant à terme..Et on pourrait déjà récupérer les fonds grecs plaqués en zone euro.

  • roeli1 le mardi 27 jan 2015 à 15:53

    Je suis sceptique mais bonne chance à lui. Les semaines qui viennent seront intéressantes à suivre !

  • mickae82 le mardi 27 jan 2015 à 15:53

    si Tsipras n'est pas suivi alors ce sera la révolte en Grèce et Aube doré au pouvoir !

  • Pierusan le mardi 27 jan 2015 à 15:53

    Si je fais défaut, que se passera-t-il ? Vente forcée de mes biens, meubles et immeubles. Si la Grèce veut redevenir un tant soit peu "crédible", qu'elle réduise déjà sa dette en liquidant qqs actifs, en vendant des concessions (autoroutes, ports, etc...). Après tout, le port du Pirée est aujourd'hui davantage chinois que grec.

  • M5441845 le lundi 26 jan 2015 à 18:34

    Si l'Europe fait cadeau de la dette a la Grèce, demain ce sera l' Espagne et l'Italie puis la France, la Belgique et le Portugal qui voudront renégocier. Quand au problème de pauvreté des peuples (bien réel), les pays Baltes, la Bulgarie, la Roumanie ou la Pologne ne sont pas plus riches mais eux n'ont pas creusé de dettes aussi graves. Conclusion, ça se terminera par un défaut de paiement de la Grèce et une sortie de l'Euro, c'est écrit...