Grèce : le bras de fer avec le reste de la zone euro continue

le , mis à jour le
2
Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, donne une conférence de presse, lundi, aux côtés du président de l'Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem.
Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, donne une conférence de presse, lundi, aux côtés du président de l'Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem.

Le compte à rebours touche à sa fin pour la Grèce et son gouvernement de la gauche radicale Syriza. Chaque jour qui passe rapproche un peu plus Athènes du défaut de paiement. Coupées des marchés financiers, les autorités ne peuvent plus s?endetter pour faire face à leurs engagements. Elles risquent donc de ne pas pouvoir payer les salaires et les retraites des fonctionnaires ou rembourser les sommes prêtées par ses partenaires européens et le Fonds monétaire international (FMI), qui détiennent désormais l?essentiel de la dette grecque.

Le très controversé ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, a estimé lundi, à l?issue d?une énième réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, qu?il ne restait que deux semaines d?avance dans les caisses.

Le lendemain, Athènes a péniblement remboursé les 750 millions d?euros dus au FMI en raclant les fonds de tiroirs.

Le spectre du référendum

S?il peut s?agir d?un moyen de pression de la part de la Grèce –? nul ne peut en effet confirmer la situation exacte de ses comptes publics –?, un accord entre Athènes et le reste de la zone euro doit être conclu le plus rapidement possible pour débloquer les 7,2 milliards d?euros restants du deuxième plan d?aide. Un plan qui expirera, quoi qu?il arrive, le 30 juin en cas de désaccord persistant entre Athènes et ses créanciers.

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • masson33 le mercredi 13 mai 2015 à 09:13

    La Grèce doit être sortie de l'Europe...elle n'aurait jamais dû en faire partie comme d'ailleurs la plupalrt des pays de l'ex URSS et alliés qui n'ont rien a apporter, sinon la misère et une demande d'assistance financière qui ira grandissante.

  • M2286010 le mardi 12 mai 2015 à 19:51

    Prêtez-nous de l'argent. Avec, nous vous rembourserons (peut-être) les intérêts de votre créance. Cela augmentera un peu le capital dû, mais si peu...