Grèce : la zone euro réfléchit enfin à alléger la dette

le
6
Le ministre des allemand des Finances Wolfgang Schäuble, à gauche, fait partie des plus durs vis-à-vis d'Athènes, à l'Eurogroupe. Le Français Michel Sapin, lui, se montre plus conciliant.
Le ministre des allemand des Finances Wolfgang Schäuble, à gauche, fait partie des plus durs vis-à-vis d'Athènes, à l'Eurogroupe. Le Français Michel Sapin, lui, se montre plus conciliant.

À l'issue d'un énième rassemblement « exceptionnel » des ministres des Finances de la zone euro sur la Grèce, qui s'est tenu lundi 9 mai à Bruxelles, le président de l'Eurogroupe, le néerlandais Jeroen Dijsselbloem, paraît soulagé. Et pour cause : après avoir fait adopter une réforme des retraites et une augmentation de l'impôt sur le revenu dimanche, le gouvernement grec remplit a priori toutes les conditions pour obtenir une nouvelle tranche du plan d'aide de 86 milliards de prêts d'ici fin 2018. Sauf imprévu, il devrait donc recevoir une nouvelle aide financière lui permettant d'éviter un défaut de paiement à l'été vis-à-vis de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international (FMI). L'annonce devrait intervenir le 24 mai lors de la prochaine réunion de l'Eurogroupe. Car la décision ne peut être formellement prise avant que la fameuse Troïka (Commission, BCE, FMI) ne remette ses conclusions sur l'application des mesures exigées.

Des progrès « importants »

En attendant, les Européens espèrent encore convaincre le FMI, institution présidée par la Française Christine Lagarde, de participer au troisième plan de sauvetage. La réunion de lundi a en effet permis à la Grèce et le reste de la zone euro de rapprocher leur point de vue sur la mise en place de coupes automatiques dans les dépenses si, comme le craint le FMI, les mesures adoptées jusqu'à présent se révélaient...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme le mardi 10 mai 2016 à 08:42

    Au moins la grece est elle en excedent primaire de 3.5.(hors la charge de la dette)......tandis que la FRande ( la Grande ou tout va mieux.......reste en déficit en 2015, 2016, ETC............ Les résultats seront les memes dans dix ans. Alors pourquoi attendre ?

  • pascalcs le mardi 10 mai 2016 à 08:32

    "réfléchit"..... Oui avec le pislolet du FMI sur la tempe de Frau Merkel... Zizanie complète dans les institutions. Washington (gouvernement US) expédie un message clair à Frau Merkel et son ministre Schaeuble: ou vous rentrez dans le rang des dépensiers et des QEistes ou nous arrêtons de supporter vos banques.Entendez pas de FMI, défaut grec et lourdes pertes en cascades pour les banques Allemandes et Francaises..

  • pa69337 le mardi 10 mai 2016 à 08:22

    Accepter ce défaut et prendre sa perte est le prix à payer pour sauver cette magnifique construction européene qui nous apporte paix et prospérité.

  • M4189758 le mardi 10 mai 2016 à 08:07

    Si c'est la zone qui réfléchit on est ouf!

  • mlaure13 le mardi 10 mai 2016 à 07:55

    Le serpent qui se mord la queue...:-(((

  • 82554976 le mardi 10 mai 2016 à 07:54

    Il n'est pas encore en prison notre sapin , on ferait des économies !!