Grèce : la zone euro accorde un nouveau prêt de 10 milliards d'euros

le , mis à jour à 08:19
0
Grèce : la zone euro accorde un nouveau prêt de 10 milliards d'euros
Grèce : la zone euro accorde un nouveau prêt de 10 milliards d'euros

Après de longs pourparlers, les ministres des Finances de la zone euro se sont accordés tôt mercredi matin sur le déblocage de 10,3 milliards d'euros de nouveaux prêts à la Grèce. Ils ont également acté des «mesures progressives» pour alléger la dette d'Athènes, condition exigée par le FMI (Fonds monétaire international) pour sa participation. 

Cette nouvelle mesure intervient après les efforts budgétaires consentis par Athènes qui a acté les réformes qui lui avaient été demandées. Une première tranche de 7,5 milliards d'euros sera déboursé dès juin. 

La crise grecque, qui a débuté en 2008, a entraîné la zone euro au bord de l'implosion mais elle a déjà bénéficié depuis 2010 de plusieurs plans de sauvetage en échange de mesures destinées à réduire ses déficits et améliorer sa compétitivité . 

Ce nouvel afflux d'argent frais permettra à l'Etat grec de rembourser les factures impayées accumulées et faire face à une échéance de remboursement de quelque 2,2 milliards à la Banque centrale européenne (BCE) le 20 juillet.

Des réformes impopulaires

«C'est quelque chose dont je n'aurais pas osé rêver il y a un mois», s'est félicité le président de l'eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, qui est aussi ministre néerlandais des Finances. «C'est un important moment pour la Grèce après tant de temps», s'est lui aussi réjoui le ministre grec des Finances, Euclide Tsakalotos.

«Les autorités grecques ont fait preuve de responsabilité», a loué le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici. Ce dernier a mentionné la réforme des retraites adoptée début mai et le vote dimanche dernier par le Parlement grec d'un projet de loi prévoyant un mécanisme de correction automatique en cas de dérapage budgétaire et des mesures supplémentaires pour accélérer les privatisations et augmenter les taxes indirectes. Des décisions impopulaires contre lesquelles avaient manifesté ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant