Grèce : la victoire de Syriza, «l'occasion de refonder l'Europe» pour Mélenchon

le
0
Grèce : la victoire de Syriza, «l'occasion de refonder l'Europe» pour Mélenchon
Grèce : la victoire de Syriza, «l'occasion de refonder l'Europe» pour Mélenchon

«Un moment historique.» Interrogé par BFMTV quelques instants après la publication des premières estimations des résultats des élections législatives en Grèce, Jean-Luc Mélenchon savoure la victoire attendue de la coalition des radicaux de gauche Syriza. «Il est extrêmement réconfortant de voir qu'on peut changer la donne complètement de manière démocratique, en passant par les urnes», déclare l'ancien coprésident du Parti de gauche qui ne peut se détacher de son sourire pendant de longues minutes.  

De son côté, interrogé sur la même chaîne, le numéro un du PCF Pierre Laurent se dit «absolument ravi». «Maintenant que la victoire semble extrêmement large, c'est un immense espoir qui nous saisit».

«L'Histoire, qui est si lente et si cruelle, parfois s'accélère. C'est un moment de pur bonheur. Peut-être que nous tenons l'occasion de refonder l'Europe. Les Grecs sont en train de faire sauter ce carcan et grâce à eux, peut-être qu'on va pouvoir remettre sur la table toutes les données qui nous rendent la vie infernale en Europe.», s'enflamme Mélenchon. Dans son programme Syriza compte «fermement» renégocier sa dette de quelque 320 milliards d'euros avec ses créanciers. Mélenchon pense même qu'elle peut être annulée. 

Merkel, «un tigre de papier»

«Ca arrive. Au lendemain de la guerre, nous avons annulé la dette de l'Allemagne. Avant-hier, on a annulé d'un trait de plume la dette de l'Irak», rappelle-t-il avant de s'en prendre au «traité budgétaire qui est très mauvais», mais aussi à la chancelière allemande Angela Merkel, «un tigre de papier devant laquelle Hollande et Sarkozy se sont inclinés, sans discuter.»

Un scénario à la grecque est-il possible en France? Jean-Luc Mélenchon en est persuadé, lui qui prédit la disparition du PS  à l'image du parti socialiste grec, grand perdant annoncé du scrutin. «Son sort est réglé. C'est une affaire de temps, son logiciel politique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant