Grèce: la troïka va éplucher les comptes

le
0
Antonis Samaras, le premier ministre, veut croire à un « miracle grec » et espère atteindre un excédent primaire en fin d'année. Mais les efforts entrepris par Athènes pour juguler sa dette sont encore jugés faibles.

Un sentiment mitigé plane sur les créanciers publics d'Athènes à moins de vingt heures de l'arrivée de la mission technique de la troïka dans la capitale. Dès mardi midi, les émissaires de la Banque centrale européenne, du Fonds monétaire international et de la Commission européenne vont éplucher les comptes du pays avant l'arrivée des hauts dirigeants de la troïka, le 11 juin prochain. Cette mission est stratégique, car ces derniers sont rongés par le doute.

D'un côté, le gouvernement de coalition, au pouvoir depuis près d'un an, multiplie les déclarations encourageantes pour rassurer les créanciers du pays et attirer un maximum d'investisseurs. Antonis Samaras, le premier ministre, veut croire à un «miracle grec» : les dettes de l'État en...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant