Grèce : la télévision publique fermée, appel à la grève générale jeudi

le
1
Grèce : la télévision publique fermée, appel à la grève générale jeudi
Grèce : la télévision publique fermée, appel à la grève générale jeudi

La réaction n'a pas tardé après la décision brutale du gouvernement grec de fermer la chaîne de télévision publique. Les syndicats du privé et du public, GSEE et Adedy, ont appelé ce mercredi à une grève générale de 24 heures jeudi et à un rassemblement devant le siège de la radiotélévision publique ERT, à Athènes. Qualifiant de «coup d'Etat» le choix du gouvernement, la GSEE s'oppose dans un communiqué «à la persistance du gouvernement de prendre des décisions antidémocratiques extrêmes». Les fonctionnaires, les journalistes grecs et les marins seront également en grève.

«Tout est arrêté, la télé, la radio (...) C'est comme la junte (NDLR : qui imposa sa dictature à la Grèce de 1967 à 1974), c'est l'opposé de la démocratie, nous n'avons été tenus au courant de rien.» Constantin Zambounis est sous le choc, comme les 2 655 autres salariés du groupe audiovisuel public grec ERT, dont la fermeture autoritaire a été décrétée sans préavis (et aussitôt mise en application) mardi soir, par le gouvernement grec.

Les programmes accessibles sur Internet

Ce mercredi, les programmes demeurent accessibles sur Internet et sur un canal local prêté par le parti communiste. A l'écran, des plateaux où débattent les journalistes de la chaîne sur le coup de massue qu'ils ont reçu la veille. Le président du principal syndicat des salariés de la télévision, Panayotis Kalfayanis, appelle à l'occupation du bâtiment de l'ERT et a indiqué qu'il allait «saisir la justice européenne et la justice grecque». Alors que deux des trois partis gouvernementaux désapprouvent cette fermeture et ont annoncé qu'ils n'en voteront pas le décret, Panayotis Kalfayanis tente d'obtenir des rendez-vous avec leurs chefs. La désapprobation du Pasok socialiste et du Dimar (gauche modérée) ouvre potentiellement la porte à une nouvelle crise politique dans le pays selon les analystes.

«Cela ressemble plus à un gouvernement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jyth01 le mercredi 12 juin 2013 à 13:28

    Enfin de l'action dans le bon sens. A quand pour la france ? 6 chaines publiques (Oà6), plus participations dans Arte, TV5monde, France24 en Français, Arabe et Anglais, Euronews etc..pour ce qui est connu et en plus la nébuleuse des radios... 1 chaine publique France et 1 internationale suffiraient largement et on réaliserait des économies significatives