Grèce-La France ne veut pas d'abandon de créances-Eckert

le
1

PARIS, 27 janvier (Reuters) - La position de la France sur la dette grecque est claire : il n'y aura pas d'abandon de créances, a déclaré mardi le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert. Lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, il a souligné que les prêts accordés par la France à la Grèce représentaient "autour de 41 milliards d'euros". Travailler sur cette question, après l'arrivée au pouvoir de la gauche radicale anti-austérité en Grèce, "nécessite une action collective et coordonnée de l'ensemble des partenaires d'une monnaie unique". "Alors, abandon de créances, la position de la France est claire, il n'y en aura pas", a-t-il dit. "Discussion, travail sur les modalités, les durées et les taux d'intérêt, ce n'est pas en 24 heures et de facon unilatérale que nous répondrons à cette question mais nous le ferons en toute transparence et devant notre commission des Finances", a poursuivi Christian Eckert. Après la victoire du parti Syriza, L'Europe s'est montrée disposée à donner un nouveau délai à la Grèce pour rembourser ses dettes mais elle n'entend pas céder au souhait du nouveau gouvernement d'un effacement partiel de ces dernières. ID:nL6N0V53ZY (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le mardi 27 jan 2015 à 17:11

    Ils vont étaler la dette sur cent ans. Dans mille ans, ça ne sera pas encore fini.

Partenaires Taux