Grèce : la folle semaine où la crise s'est accélérée

le
0
Grèce : la folle semaine où la crise s'est accélérée
Grèce : la folle semaine où la crise s'est accélérée

Le référendum de dimanche en Grèce, où le «non» a recueilli plus de 61% des suffrages, a ponctué une séquence de huit jours frénétiques dans la crise qui oppose le gouvernement grec à ses créanciers, UE, BCE et FMI.

--SAMEDI 27 JUIN--

Dans la nuit du vendredi au samedi, le Premier ministre Alexis Tsipras annonce un référendum le 5 juillet, visant à accepter ou à repousser la dernière proposition des créanciers de la Grèce sur de nouvelles mesures d'austérité, d'ores et déjà rejetées par le gouvernement. «Le peuple doit décider hors de tout chantage». Les propositions des créanciers «ont pour objectif l'humiliation de tout un peuple», dit-il.

Le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, qui estime que la Grèce a rompu les négociations, indique que le plan d'aide prendra fin le 30 juin, sans prolongation.

--DIMANCHE 28 JUIN--

Alexis Tsipras annonce la fermeture des banques pour une semaine et l'instauration d'un contrôle des capitaux. Les retraits aux guichets automatiques sont limités à 60 euros par jour.

La Banque centrale européenne (BCE) accorde un sursis en maintenant inchangé le plafond de sa fourniture de liquidités d'urgence aux banques grecques.

De longues files d'attente s'étirent au cours du week-end devant les distributeurs, les Grecs cherchant à retirer le plus de liquide possible.

--LUNDI 29 JUIN--

Les banques grecques restent fermées, première journée du contrôle des capitaux décrété par la Grèce jusqu'au 7 juillet, une décision qui déstabilise les bourses mondiales sans les faire paniquer.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, se lance dans la bataille pour le «oui. «Un "non" voudrait dire (...) que la Grèce dit "non" à l'Europe», dit-t-il, un argument désormais repris par tous les partisans du oui.

--MARDI 30 JUIN--

La Grèce formule une demande de nouvelle aide sur deux ans permettant de couvrir ses besoins ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant