Grèce : la Commission européenne salue les efforts réalisés

le , mis à jour à 17:46
3
Grèce : la Commission européenne salue les efforts réalisés
Grèce : la Commission européenne salue les efforts réalisés

La Grèce «a fait un pas important pour reconstruire la confiance avec les partenaires internationaux». La Commission européenne a affirmé sa satisfaction jeudi à propos du vote du Parlement grec, qui a adopté mercredi toute une série de réformes exigées par la zone euro afin de lancer un nouveau plan d'aide.  

Les institutions créancières de la Grèce (BCE, FMI et Commission) ont jugé qu'avec ce vote, les autorités grecques se sont acquittées «de manière satisfaisante et à temps» des conditions qui leur ont été posées dans l'accord conclu lundi, a déclaré la porte-parole de la Commission pour les Affaires économiques, Annika Breidthardt.

Le vote du Parlement grec était une condition sine qua non posée lundi par la zone euro à la Grèce à la poursuite d'un processus qui pourrait aboutir à la signature, dans quelques semaines, d'un nouveau plan d'aide financière à Athènes, évalué entre 82 et 86 milliards d'euros sur trois ans. Dans la foulée, le Parlement allemand doit aussi se prononcer vendredi sur l'ouverture de négociations. De son côté, la France l'a également fait mercredi. 

De l'argent, rapidement

Mais pour Athènes, l'urgence est de trouver rapidement l'argent nécessaire pour répondre à plusieurs engagements, dont un remboursement de 4,2 milliards d'euros à la BCE le 20 juillet. Au total, les besoins de financement de la Grèce sont évalués à 12 milliards d'euros d'ici à la mi-août. Sur cette question d'un financement temporaire, actuellement examinée par le Conseil européen, qui représente les 28 Etats membres, «nous avons fait beaucoup de progrès et sommes confiants qu'un compromis est à portée de main», a affirmé la porte-parole.

La Commission européenne a proposé d'accorder à la Grèce un prêt de sept milliards d'euros, soit la somme couvrant les besoins du pays pour le seul mois de juillet, d'une maturité maximale de trois mois, en puisant dans un fonds communautaire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ZvR le jeudi 16 juil 2015 à 22:14

    trois ans de récession supplémentaire et 100 milliards d'euros de dette en plus. Ca devrait mettre la Grèce à 250% de dette / pib d'ici trois ans.

  • inextens le jeudi 16 juil 2015 à 15:47

    et bientôt une nouvelle guerre civile! Merci l'Europe bienfaitrice et ses dirigeants incompétents

  • M8703282 le jeudi 16 juil 2015 à 15:45

    On continue la perfusion du malade en phase terminale, on rajoute juste un peu de calmants, les médecins sachant pourtant que rien n'y fera...on observe ...en attendant l'inévitable collaspsus final.