Grèce-La banque centrale en désaccord avec le FMI sur les banques

le
0
    ATHÈNES, 8 février (Reuters) - La banque centrale grecque 
conteste le point de vue du Fonds monétaire international (FMI) 
qui estime que les banques du pays ont besoin d'un matelas de 
fonds propres de 10 milliards d'euros pour couvrir tout nouveaux 
besoins de sauvetage dans le secteur. 
    Dans sa revue annuelle de la politique économique de la 
Grèce, le FMI dit que cette réserve de fonds propres 
supplémentaires est nécessaire parce que la qualité des actifs 
des banques présente encore des risques et en raison de leurs 
faibles perspectives de rentabilité.  
    "Nos équipes ont maintenu leur hypothèse du mois de mai 
selon laquelle un matelas d'environ 10 milliards d'euros, soit 
5,5% du PIB 2016, devrait être mis de côté pour couvrir 
d'éventuels besoins additionnels de soutien des banques", note 
le FMI dans son rapport qui a été publié mardi.       
    Le fonds a ajouté que malgré des recapitalisations 
successives qui ont ajouté 43 milliards d'euros, soit 25% du 
PIB, à la dette publique grecque depuis 2010, les bilans des 
banques restent vulnérables au niveau élevé des prêts à risque.  
    Le FMI s'inquiète aussi de la composition des fonds propres 
constitués pour une part importante par des reports fiscaux 
déficitaires dont il considère qu'ils sont des passifs 
potentiels pour l'Etat.         
    La Banque de Grèce conteste ce point de vue. Elle juge que 
le FMI est "exagérément pessimiste" dans ses prévisions 
économiques et budgétaires et estime qu'il minimise les progrès 
réalisés en faveur d'un assainissement du secteur bancaire.  
    "En ce qui concerne les banques, le fonds juge qu'elles 
auront besoin de 10 milliards d'euros de fonds propres sans 
expliquer pourquoi cela est le cas", a déclaré le gouverneur de 
la Banque de Grèce, Yannis Stournaras, dans un communiqué. 
    Elle note qu'elle-même et la Banque centrale européenne 
(BCE) ont estimé que les banques grecques ont un ratio de fonds 
propres CET1 égal à deux fois les exigences réglementaires.   
 
 (George Georgiopoulos, Juliette Rouillon pour le service 
français, édité par Marc Joanny) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant