Grèce : l'Union européenne valide le prêt de 7 milliards d'euros

le , mis à jour à 17:54
8
Grèce : l'Union européenne valide le prêt de 7 milliards d'euros
Grèce : l'Union européenne valide le prêt de 7 milliards d'euros

Alors que les députés allemands ont donné vendredi leur feu vert au lancement des négociations pour un troisième programme d'aide à la Grèce, les 28 pays de l'UE ont accordé un financement d'urgence  de 7,16 milliards d'euros. Ce prêt doit permettre à la Grèce de remplir ses obligations temporairement, le temps qu'elle négocie avec ses 18 partenaires de la zone euro les conditions de l'accord trouvé lundi 13 juillet à Bruxelles.

L'UE valide le prêt de 7,16 milliards d'euro. L'Union européenne a accordé vendredi un financement d'urgence de 7,16 milliards d'euros à la Grèce, pour que le pays puisse honorer ses prochaines échéances de remboursement, et notamment les 4,2 milliards d'euros qu'Athènes doit rembourser le 20 juillet  à la BCE.  Le vice-président de la Commission européenne chargé de l'euro, Valdis Dombrovskis avait affirmé jeudi sur Twitter qu'un accord de principe avait été trouvé . Il a été finalisé vendredi. Ce prêt parviendra à la Grèce d'ici à lundi. Athènes doit également deux milliard d’euros au FMI. La Grande-Bretagne et la République tchèque, non membres de la zone euro, avaient émis des réticences et réclamaient des garanties pour que ce financement ne pèse pas sur leurs propres contribuables. Les besoins grecs sont estimés à 12 milliards d'euros d'ici à la mi-août.

Le feu vert du Parlement autrichien. Le Parlement autrichien réuni en session plénière extraordinaire a approuvé vendredi la négociation d'un nouveau plan d'aide à la Grèce par les pays de la zone euro. Le mandat a été accordé à la majorité simple par les partis social-démocrate (SPÖ) et chrétien-démocrate (ÖVP) de la grande coalition gauche-droite au pouvoir, sans les voix des formations d'opposition d'extrême droite, écologiste et libérales.

Des policiers menacent de réclamer des mandats d'arrêt contre des émissaires de la Troïka

La Fédération de la police grecque, le principal syndicat de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • stepone7 le vendredi 17 juil 2015 à 18:59

    les gouvernements européens mais certainement pas les peuples ..

  • exmarot9 le vendredi 17 juil 2015 à 18:19

    ne lui reste plus grand chose après remboursement à la BCE et au FMI. on ne dit pas à quel taux est ce prêt de 7.16 ?

  • hz273144 le vendredi 17 juil 2015 à 16:35

    il y a une erreur dans le compte rendu le journaliste voulait dire don.

  • SM7 le vendredi 17 juil 2015 à 16:35

    7 Mds de plus dans le gouffre, aber ja doch, natürlich !

  • EuropeGa le vendredi 17 juil 2015 à 16:22

    C’est la BCE qui gère l’euro, et la BCE est dangereuse : elle a le pouvoir d’assécher les liquidités de tout un peuple pour qu’il vote « comme il faut ».

  • elloulou le vendredi 17 juil 2015 à 12:51

    Le vote est prévu à quel moment de la journée ?

  • SM7 le vendredi 17 juil 2015 à 11:19

    Les idées du FMI développées en bas de ce texte, tiennent la route. Il n'est pas question d'effacer une partie de la dette mais de la rendre supportable. Ce qui me paraît frappé au coing du bon sens.

  • Pierusan le vendredi 17 juil 2015 à 11:15

    Mme Lagarde entend en fait par "allègement" de la dette non pas la réduction de l'encours proprement dit de la dette, mais de son service "K+i". Une réduction du taux d'intérêt permettrait, toutes choses égales par ailleurs, de rembourser l'équivalent (de l'intérêt économisé) en principal, ce qui en réduirait (d'autant) l'encours. Problème : compte tenu du risque inhérent à son contexte économique, la Grèce ne peut emprunter qu'à des taux élevés.