Grèce-L'austérité imposée par les créanciers pose problème-Macron

le
2
    PARIS, 18 juin (Reuters) - La question de la "soutenabilité" 
de la politique budgétaire imposée à la Grèce va se poser "assez 
vite" aux Européens, a déclaré le ministre français de 
l'Economie Emmanuel Macron. 
    "On est en train de voir qu'au-delà du sujet de la 
restructuration de la dette, va se poser assez vite la question 
de la soutenabilité de la politique budgétaire imposée à la 
Grèce. Car la politique d'un pays ne peut avoir l'austérité 
budgétaire comme unique horizon", dit-il dans une interview 
publiée samedi par Le Monde. 
    Les Européens ont approuvé une nouvelle aide à la Grèce, qui 
devrait commencer à lui être versée la semaine prochaine 
 , après le vote par le parlement hellène de 
nouvelles mesures exigées par ses créanciers.  
    Cet accord s'accompagne d'un engagement sur un allègement 
futur de la dette grecque dont les modalités seront discutées en 
2018. 
    Au-delà de la Grèce, Emmanuel Macron estime que la mise en 
place d'un mécanisme de restructuration des dettes publiques 
dans la zone euro est "un sujet sur lequel il faut qu'on 
avance". 
    "Mais il ne faut ouvrir ce débat que si des mécanismes de 
solidarité budgétaire et financière ont été instaurés 
préalablement, sinon on va provoquer une nouvelle fragmentation 
de la zone euro", ajoute-t-il.  
    Le ministre relève que l'Allemagne, qui est demandeuse d'un 
tel mécanisme, "a 8,5 points de PIB d'excédent vis-à-vis du 
reste du monde et ne réalloue pas cette épargne dans la zone 
euro." 
 
 (Yann Le Guernigou, éditépar Jean-Philippe Lefief) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phiphou il y a 6 mois

    Mesdames et messieurs les épargnants, y compris les petits, vous savez à quoi vous en tenir et vous aurez été prévenus : vous allez être rincés de toutes vos économies car derrière les états créanciers de cette pétaudière grecque, il y a qui ? Vous. Le pire, c'est le cynisme de ceux qui prétendent nous gouverner.

  • 445566ZM il y a 6 mois

    Ils sont très malins les grecs. Les retraites corrects ont leur préférence.