Grèce : grève contre les licenciements de fonctionnaires

le
0
La troïka (UE, FMI, BCE) exige des milliers de suppressions de postes et des mutations forcées.

En contrebas du ­rocher de l'Acropole, un groupe de touristes déambule dans les rues, admirant et photographiant la ­porte d'Adrien ou le temple de Zeus. Très vite, ils sont frappés par un spectacle assourdissant: des klaxons et sirènes d'une centaine de voitures et motos de la police municipale, brandissant des ­drapeaux grecs, hurlant divers quolibets en passant devant le Parlement. Les policiers manifestants interrompent soudain la circulation du centre-ville de la capitale. «Nous avons appris par la presse que notre organisme disparaissait!» s'insurge Dimitri, un policier en colère. «La Grèce sera donc le seul pays européen sans police municipale!»Quelque 3000 agents municipaux se voient imposer des mutations forcées. En cas de refus, le licenciement est assuré. «C'est une honte, nous nous vengerons!» crie Dimitri.

Mercredi 17 juillet, les députés devront ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant