Grèce-Dijsselbloem confiant sur un accord Europe/FMI sur la dette

le
0

AMSTERDAM, 19 août (Reuters) - Le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem s'est montré confiant mercredi sur la perspective de voir la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI) s'entendre sur la participation de ce dernier au nouveau plan d'aide à la Grèce. Le FMI, qui juge le poids de la dette grecque insoutenable en l'état, a fait de son allégement une condition de son implication dans ce nouveau programme de renflouement. Mais d'après Jeroen Dijsselbloem, avec cette assistance financière supplémentaire, la dette grecque sera soutenable au moins jusqu'en 2030. "Le FMI est plus pessimiste que nous, ses prévisions les plus moroses sont plus sombres que les nôtres, mais nous devons parvenir à un accord sur la méthode", a-t-il déclaré. Il a tenu ces propos en tant que ministre des Finances des Pays-Bas devant le Parlement néerlandais lors du débat précédant le vote sur le troisième plan d'aide à la Grèce. Jeroen Dijsselbloem a indiqué que malgré leur opposition à une décote sur la valeur nominale des obligations émises par Athènes, les gouvernements européens seraient capables de trouver un compromis avec le FMI, sous la forme d'une réduction des taux d'intérêt et d'un allongement des maturités. Selon lui, la durée des prêts pourra être revue si le rétablissement de l'économie grecque se montre moins bon que prévu et si Athènes peine à honorer ses échéances. "Mais ce n'est même pas nécessaire pour le moment", a-t-il précisé. Le troisième plan d'aide à la Grèce, d'un montant de 86 milliards d'euros sur trois ans, a déjà été approuvé à la mi-journée par le Bundestag. ID:nL5N10U1LF (Toby Sterling; Myriam Rivet pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux