Grèce-Des migrants ont quitté le camp de Chios pour protester

le
0
    ATHENES, 1er avril (Reuters) - Plusieurs centaines de 
réfugiés et de migrants du centre installé sur l'île grecque de 
Chios sont parvenus vendredi à franchir l'enceinte de barbelés 
et se sont dirigés vers le port, disant craindre pour leur 
sécurité, a rapporté la police.  
    L'accord conclu le mois dernier entre l'Union européenne et 
la Turquie prévoit que les migrants et réfugiés arrivés après le 
20 mars soient retenus dans des centres installés sur cinq îles 
de la mer Egée, dont Chios, et renvoyés en Turquie si leur 
demande d'asile est rejetée.  
    Les premiers retours sont prévus lundi mais ni la Grèce, ni 
la Turquie ne sont prêts et l'incertitude demeure sur le nombre 
d'expulsions qui pourront effectivement avoir lieu.  
    Environ 1.500 migrants et réfugiés arrivés à Chios depuis le 
20 mars se trouvaient dans le centre vendredi matin.  
    Des images diffusées par des sites internet grecs montrent 
des dizaines d'entre eux, dont beaucoup de femmes et d'enfants, 
marchant sur la route menant au port.  
    Un porte-parole de la police a déclaré qu'environ 300 
personnes avaient quitté le centre, ajoutant que les forces de 
l'ordre suivaient l'évolution de la situation.  
    Des incidents ont eu lieu jeudi dans le centre. Des vitres 
ont été brisées et dix personnes légèrement blessées, a expliqué 
un autre responsable policier.  
    "Ils disent qu'ils ne veulent pas retourner en Turquie et 
qu'ils ont des craintes pour leur sécurité après les 
affrontements d'hier", a dit un responsable de la police de 
Chios. "Les policiers ont tenté de les convaincre de repartir 
mais ils ont refusé et ils marchent maintenant vers le port de 
l'île." 
    Avant l'accord UE-Turquie, les migrants et réfugiés arrivant 
à Chios étaient libres de quitter les camps installés sur l'île, 
y compris pour prendre un ferry pour la Grèce continentale, d'où 
ils pouvaient ensuite tenter de gagner le nord de l'Europe.  
    Les quatre autres "hot spots" concernés par l'accord de mars 
se trouvent sur les îles de Samos, Lesbos, Kos et Leros.  
 
 (Lefteris Papadimas et Karolina Tagaris; Marc Angrand pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant