Grèce : démission surprise du ministre des Finances Yanis Varoufakis

le , mis à jour à 12:28
22
Grèce : démission surprise du ministre des Finances Yanis Varoufakis
Grèce : démission surprise du ministre des Finances Yanis Varoufakis

Il avait annoncé qu'il quitterait ses fonctions si le référendum se soldait par la victoire... du «Oui». Lundi matin, au lendemain de l'écrasante victoire du «Non» à la consultation voulue par Alexis Tsipras sur le plan d'aide européen, le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a annoncé sa démission sur son blog. S'offrant une ultime pirouette, il a expliqué ce départ dans un texte titré «Minister No More !» (Ministre, c'est fini !). 

«Peu de temps après l'annonce des résultats du référendum, y explique-t-il, dans ce texte rédigé en anglais, on m'a informé d'une certaine préférence de certains membres de l'Eurogroupe, et de "partenaires"associés, (...) pour mon "absence" des réunions ; une idée que le Premier ministre a jugée potentiellement utile à l'obtention d'un accord. Pour cette raison je quitte le ministère des Finances aujourd'hui». Selon Yanis Varoufakis, «la valeur» du résultat du référendum, qui a vu le non l'emporter à 61,31%, est «importante», «comme (celle de) tous les combats pour les droits démocratiques».

«La grande légitimité apportée à notre gouvernement» doit être «investie immédiatement dans un OUI à une solution adéquate», ajoute-t-il , appelant à un accord comprenant «une restructuration de la dette, moins d'austérité, une redistribution en faveur des plus démunis, et de vraies réformes». Et dé conclure, avec l'emphase provocatrice qui le caractérise : «Je porterai le dégoût des créanciers avec fierté».

Il parlait de démissionner en cas de victoire... du «oui»

L'annonce informelle a été accompagnée d'un communiqué plus traditionnel du ministère des Finances selon lequel c'est Alexis Tsipras qui a demandé le départ de son ministre. Cette décision au lendemain de la victoire du «non» au référendum semble dictée par le souci du Premier ministre grec de conserver une marge de manoeuvre dans une éventuelle reprise des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2941863 le lundi 6 juil 2015 à 13:30

    Il est pas fou !!... il a bien profité du sytème et maintenant bye bye ...Il sait que la Grèce ne s'en sortira pas sans argent frais... celui des français continuerait bien à faire l'affaire! n'oubliez pas de payer votre 2è tiers d'impots...

  • bibas1 le lundi 6 juil 2015 à 12:56

    @ garasixt, le non au référendum de Maastricht par le Peuple Français, et la signature du traité de Lisbonne, selon Marie-France GARRAUD, ex grande dame (encore aujourd'hui) du temps du Gal DE GAULLE avait qualifié cette imposture de la part de nos dirigeants de "forfaiture" dans une émission "Ce soir ou jamais", je crois. Elle a eu le mérite de rester polie pour qualifier cette situation.

  • M9974639 le lundi 6 juil 2015 à 12:51

    bien joué Farouk-fakis! partir en vacances comme un roi en tant que ministre avec tous les avantages qui vont avec. Il passera du temps sur les yoghts des armateurs qui ne sont toujours pas imposés, et il priera chez les clergés qui resteront non imposables aussi. Le roi fakis avait pourtant deux outils qu'il n'as pas voulu utiliser/1. la liste Lagarde des évadés fiscaux. 2. Interpol pour faire rentrer les tricheurs et les juger. Je le vois comme future ministre de "redressement productif"

  • marc-hen le lundi 6 juil 2015 à 12:51

    dommage, il etait amusant l homme a la moto !

  • frgillon le lundi 6 juil 2015 à 11:36

    On dirait que les Européens n'ont pas apprécié la diplomatie du bras d'honneur permanent pratiquée par un économiste propulsé Ministre. Réclamer à Angela Merkel des indemnités de guerre il fallait quand même oser !

  • Garasixt le lundi 6 juil 2015 à 10:56

    Le NON à Maastricht se justifie pleinement aujourd'hui. Les signataires du traité de Lisbonne sont les responsables de la situation actuelle de l Europe.

  • Garasixt le lundi 6 juil 2015 à 10:53

    aiki41, pas un marasme, un séisme, et donc là les européens n'ont pas hésité, en 24h ils ont lâché 50 milliards. Deux poids, deux mesures...;

  • porcient le lundi 6 juil 2015 à 10:49

    Le Minotaure européen sait ce qu'il perd, on verra bien ce qu'il gagne !

  • aiki41 le lundi 6 juil 2015 à 10:42

    (suite) brûlez tous ces Grecs comme nous le faisions au Moyen âge avec les sorcières, les pro européens seront satisfaits et les dirigeants continueront à s'enrichir

  • aiki41 le lundi 6 juil 2015 à 10:41

    dites moi pourquoi l'Europe a été indulgente en 2010 avec l'Irlande ? tout simplement parce que la faillite de l'Irlande pouvait entrainer la City dans le marasme. Avec la Grèce aucun risque de ce côté alors donc l'UE sort le pilon !!! Et certains accuse le Grèce de tous les maux ! Continuez à croire ce que vous disent les banquiers et les dirigeants et