Grèce : "De la lumière au bout du tunnel"

le
0
Le ministre grec des Finances Euclide Tsakalotos, lors de l'Europgroupe du 15 juin.
Le ministre grec des Finances Euclide Tsakalotos, lors de l'Europgroupe du 15 juin.

C'est un demi-succès pour la Grèce. Les ministre des Finances de la zone euro ne se sont pas engagés, jeudi en début de soirée, à l'issue d'une nouvelle réunion de l'Eurogroupe, à alléger suffisamment la dette du pays pour convaincre le FMI de participer immédiatement au programme d'aide voté en 2015. C'était pourtant l'objectif du ministre grec Euclide Tsakalotos, car cela aurait permis de redonner immédiatement confiance aux investisseurs sur l'avenir du pays, une confiance indispensable pour la relance de l'économie grecque exsangue. La participation du FMI impliquait en effet qu'il déclare la dette grecque soutenable, ce qui aurait permis à la BCE d'inclure le pays à son programme de rachat de dette publique. Une étape indispensable pour permettre à la Grèce de retourner sur les marchés financiers pour se financer par elle-même, et s'affranchir enfin de la tutelle de ses créanciers sur sa politique économique.

Mais contrairement au 22 mai, Euclide Tsakalotos s'est résolu jeudi à Luxembourg à accepter le compromis conclu entre les autres ministres des Finances et la zone euro. Il faut dire que la Grèce a désespérément besoin d'une nouvelle tranche de prêts du plan d'aide de 86 milliards d'euros décidé en 2015 pour faire face à ses échéances de remboursement de dette en juillet. Et les Européens se sont mis d'accord pour lui accorder 8,5 milliards d'euros, plus qu'il n'en faut pour passer l'année.

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant