Grèce : comment la BCE contrecarre les plans de Tsipras

le
6
Alexis Tsipras pourrait être obligé de mettre de l'eau dans son vin.
Alexis Tsipras pourrait être obligé de mettre de l'eau dans son vin.

Le conflit entre la Grèce et ses créditeurs européens s'apaiserait-il ? Mardi, le ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, a abattu une nouvelle carte en proposant de remplacer la dette grecque détenue par la Banque centrale européenne (BCE) par une dette "perpétuelle" à durée illimitée. Ce qui lui éviterait d'avoir à rembourser une fois le titre arrivé à échéance. Il a aussi repris son idée d'indexer le remboursement de la dette contractée auprès des Européens à la croissance du pays.

Deux propositions bien accueillies par les marchés, qui les ont interprétées comme un signe que le gouvernement d'Alexis Tsipras était prêt à renoncer à son exigence d'annulation pure et simple d'une partie de la dette du pays promise aux électeurs pendant la campagne législative.

Les banques grecques, le point faible de Tsipras

Le problème est pourtant loin d'être réglé. En annonçant que la Grèce ne négocierait plus avec le représentant de ses créanciers (la fameuse troïka) en vue de conclure le second programme d'assistance mis en place en 2012, Yanis Varoufakis a pris énormément de risques. Sous prétexte de se sevrer de sa dépendance aux prêts du FMI, de la Commission et de la BCE et envoyer paître ses "technocrates", le gouvernement de Syriza s'est coupé de 7 milliards d'euros qui restaient à verser alors qu'il n'a pas accès aux marchés financiers. Avec l'espoir de pouvoir rembourser les sommes dues à ses créanciers d'ici...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • crcri87 le mercredi 4 fév 2015 à 13:07

    Ne tournons plus autour du pot : comment sortir la Grèce de la zone EURO ?

  • lopez69 le mercredi 4 fév 2015 à 11:36

    FortS

  • lopez69 le mercredi 4 fév 2015 à 11:35

    Trop fort ces grecs, une dette perpétuelle, fallait y penser! Ils n'ont qu'à aller récupérer les 40 milliards planqués en Suisse au lieu de chercher à faire payer les contribuables Européens.Une autre solution reviendrait à mettre en place les 70% des réformes qui n'ont pas été mises en place et qui ne feraient pas qu'imposer au bas peuple des sacrifices! Ne pas oublier d'obtenir une aide perpétuelle afin d'éviter les impôts pour les armateurs, l’église, le foncier etc.

  • M8386771 le mercredi 4 fév 2015 à 11:21

    Quand un parti politique propose de ne pas rembourser ses dettes, on vote pour lui. Ceci étant, les Allemands devraient se souvenir de leur passé, au lieu d'avoir cette attitude condescendante.

  • M3273519 le mercredi 4 fév 2015 à 11:01

    Dehors les Grecs

  • lorant21 le mercredi 4 fév 2015 à 10:59

    dans 2-3 mois, les fonctionnaires grecques ne seront plus payés.