Grèce : ça passe ou ça casse ?

le
17
Tenir ses engagements vis-à-vis de l'Europe sans trahir ses électeurs : la quadrature du cercle pour le Premier ministre Alexis Tsipras.
Tenir ses engagements vis-à-vis de l'Europe sans trahir ses électeurs : la quadrature du cercle pour le Premier ministre Alexis Tsipras.

La corde au cou, Athènes bouge encore. Alors que le compromis obtenu vendredi soir exige des Grecs qu'ils fassent valider leurs réformes par leurs créanciers européens (seul le mot troïka a disparu, pour permettre à Yanis Varoufakis de sauver la face), un très proche du Premier ministre Alexis Tsipras vient de prévenir : il est des lignes rouges que le gouvernement ne franchira pas. Certaines réformes qu'il souhaite mener et qu'il présentera lundi à la zone euro sont "non négociables" et "relèvent de la souveraineté nationale", a averti dimanche le ministre Nikos Pappas, l'un des bras droits d'Alexis Tsipras. Le gouvernement grec discutera de ces réformes avec ses partenaires de la zone euro "partant du principe qu'il y a des sujets de souveraineté qui relèvent de la politique intérieure et qui ne sont pas négociables", a-t-il déclaré sur la chaîne de télévision Mega. Quelles lignes rouges ? Si Nikos Pappas ne les a pas toutes énumérées, il a cité les sujets relatifs aux droits et conditions de travail parmi les sujets de "politique intérieure". Dans ce domaine, le gouvernement de gauche Syriza s'est par exemple engagé à rétablir le principe des conventions collectives qui ont été ces dernières années remplacées par la règle des contrats individuels, moins protecteurs pour les salariés. De même, la hausse du salaire minimum, de 580 à 751 euros, qui fait partie des promesses de campagne, sera mise en oeuvre "progressivement" et "de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ssc38 le lundi 23 fév 2015 à 00:48

    nous allons bientot voir qui bleufff et qui se couche .pour l'instant c'est l'allemagne qui gagne mais les grecs n'ont pas posé leurs jeux sur la table .donc faux accord d'endormissement

  • canddide le dimanche 22 fév 2015 à 23:44

    ça peut passé casser, peut être?

  • j.doury le dimanche 22 fév 2015 à 18:18

    ils vont sortir et effacer la dette

  • zerathef le dimanche 22 fév 2015 à 17:42

    Ce Premier ministre et son Ministre des finances ne sont vraiment pas a la hauteur dans un pays a l’economie en deroute et qui a degoute tous ses interlocuteurs europeens ... Sauf la France ?

  • Cambio17 le dimanche 22 fév 2015 à 17:19

    La Grèce = 307 milliards d'euros de dettes, 300 milliards d'euros dans les paradis fiscaux, 300 milliards d'euros depuis 30 ans somme que les Grecs doivent à l'Etat Grec !!!!!!!!!!!!!!!

  • j.doury le dimanche 22 fév 2015 à 16:52

    le retour au drachme sera au bénéfice de tous. cours d'économie de seconde .

  • ceriz le dimanche 22 fév 2015 à 16:41

    lire : propal des grecs

  • ceriz le dimanche 22 fév 2015 à 16:41

    je crois qu'on v rire lundi quand on verra la portal des grecs:-)))))) ça va être peanuts !

  • jsau1 le dimanche 22 fév 2015 à 14:39

    Je crains que leur voie ce soit celle du Venezuela ou de Cuba , dans la M jusqu' au cou , mais toujours aussi arrogants sur leur révolution qui jette dans la misère 95 % du peuple et profite aux 5% restants de la nomenklatura manipulatrice. D ailleurs on vient d apprendre que le leader de Podemos n est autre qu' un ancien conseiller de Chavez , cela devrait donner à réfléchir non ??

  • jsau1 le dimanche 22 fév 2015 à 14:36

    Ou ils abandonnent leurs promesses populistes , sans le dire bien sur , ou ils se retirent de l euro et reviennent à la charrette à cheval , mais toujours fiers et narquois comme cet imprésentable soi disant ministre des finances mais vrai rigolo ex patron de jeu videos