Grèce : Alexis Tsipras recentre le gouvernement

le , mis à jour à 22:26
0
Grèce : Alexis Tsipras recentre le gouvernement
Grèce : Alexis Tsipras recentre le gouvernement

La rumeur est confirmée. Dix ministres ou ministres délégués qui n'ont pas voté dans la nuit de mercredi à jeudi la première série des réformes réclamées par les créanciers de la Grèce ont été remerciés vendredi par le Premier ministre Alexis Tsipras. Particulièrement visées, les personnalités de l'aile gauche de Syriza, qui jugent que l'accord trouvé le 13 juillet à Bruxelles constitue une trahison de la volonté populaire exprimée dans les urnes le 5 juillet avec plus de 61% de «Non».

Ainsi le ministre de l'Energie et des Infrastructures, Panagiotis Lafazanis, leader de la mouvance Plateforme de Gauche, ne fait désormais plus partie du gouvernement. Remerciés aussi le ministre délégué au Travail, Dimitris Stratoulis, et le ministre délégué à la Défense, Costas Isychos, selon un communiqué du bureau du Premier ministre. La ministre adjointe aux Finances Nadia Valavanis avait déjà présenté sa démission.

Sur les 149 députés du groupe parlementaire du Syriza, 32 députés, dont les cinq ministres ou ministres délégués et la présidente du Parlement, avaient voté «non», six s'étaient abstenus et une députée était absente. Des membres plus modérés de Syriza les remplacent.  Pavlos Chaikalis du parti Anel (Grecs indépendants)  devient le ministre-délégué au Travail. La passation de pouvoir a été repoussée en raison des incendies qui ravagent le Péloponnèse et l'Attique, a précisé le cabinet du Premier ministre.

Un deuxième train de mesures à adopter

Ce remaniement, le premier d'envergure depuis l'arrivée de Syriza au pouvoir il y a six mois, s'apparente à une reprise en main et a valeur de message adressé aux créanciers, qui continuent à douter de la volonté - et de la capacité - de l'exécutif grec de tenir ses engagements. Il s'agit aussi pour le Premier ministre de présenter un exécutif rassemblé et en ordre de marche avant le vote au plus tard le 22 juillet du deuxième ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant