Grèce : accord avec les créanciers sur un troisième plan d'aide de 85 milliards d'euros

le , mis à jour à 21:55
8
Grèce : accord avec les créanciers sur un troisième plan d'aide de 85 milliards d'euros
Grèce : accord avec les créanciers sur un troisième plan d'aide de 85 milliards d'euros

La Grèce et ses créanciers «ont trouvé un accord technique de principe» sur un troisième plan d'aide au pays, a indiqué mardi une source gouvernementale grecque. Les discussions se prolongent pour régler «les détails secondaires», concernant notamment le fonds de privatisation et les créances douteuses, et aboutir à un réel accord politique. Les détails ne seraient pas si «secondaires» que cela, notamment pour la  Finlande.

Le plan d'aide en vue porte sur «le financement de 85 milliards d'euros» sur trois ans, précise le gouvernement grec dans un communiqué. De quoi permettre au pays de couvrir «ses remboursements d'emprunts et ses arriérés de paiement pour les trois prochaines année» et de payer à temps l'échéance de 3,4 milliards d'euros due à la Banque centrale européenne (BCE), le 20 août. 

Les «victoires» du gouvernement Tsipras

Les représentants du gouvernement Tsipras et ceux des quatre institutions créancières du pays - Union européenne (UE), BCE, Fonds monétaire international (FMI) et Mécanisme européen de stabilité (MES) - étaient enfermés dans un hôtel du centre de la capitale grecque pour conclure au plus vite ce plan d'aide.

Selon le quotidien Kathimerini, la Grèce a dû s'engager pour arracher l'accord à mener immédiatement 35 réformes allant d'un changement sur les taxes à la tonne pour les compagnies maritimes, à la réduction du prix des médicaments génériques, en passant par le renforcement de la lutte contre la délinquance financière ou la dérégulation du secteur de l'énergie. 

De son côté, le gouvernement d'Alexis Tsipras fait l'inventaire de ce qu'il considère avoir gagné dans cet accord au regard des précédentes ébauches de compromis avec les créanciers.

Le communiqué fait par exemple valoir que les objectifs budgétaires pour les années à venir sont «assouplis» avec une prévision de déficit primaire (hors charges de la dette) de 0,25% du PIB en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kpm745 le mardi 11 aout 2015 à 23:17

    Une fuite en avant sans percpectives

  • dioptaze le mardi 11 aout 2015 à 22:36

    Ouf nous coûtent cher ceux là....

  • SM7 le mardi 11 aout 2015 à 19:54

    J'espère bien qu'avec 85 milliards d'euros il en restera assez pour rembourser l'échéance de 3,4 milliards d'euros due à la Banque centrale européenne (BCE), le 20 août. Y a de la perte mais tout de même.

  • je.valle le mardi 11 aout 2015 à 19:44

    ça fait toujours 85 mds de plus dans la besace.......qu'ils ne rembourseront jamais !

  • vmcfb le mardi 11 aout 2015 à 14:12

    Aucune des prévisions ne sera tenue, à commencer celle concernant le déficit primaire de cette année..

  • titresyl le mardi 11 aout 2015 à 14:01

    quelle honte !!!! il faut vite se tirer en amerique du sud ....

  • lopez69 le mardi 11 aout 2015 à 11:15

    En cas de crise, les banques pourront prélever les dépôts des épargnants, Les règles du "bail-in" entreront quant à elles en vigueur au 1er janvier 2016. La Commission avait d'abord prévu une application à partir de 2018, mais la Banque centrale européenne avait fait part de ses inquiétudes pour la période intermédiaire: http://www.challenges.fr/economie/20131213.CHA8402/en-cas-de-crise-les-banques-pourront-prelever-les-depots-des-epargnants.html

  • aiki41 le mardi 11 aout 2015 à 10:20

    Allez les petits français, vider vos livrets pour aider la Grèce et surtout pour aider cette UE moribonde