GRAPHES-Performance des actifs-Matières premières en tête en mai

le
0
    * Performance des classes d'actifs sur un mois: http://bit.ly/1P0HS07 
    * Performance des classes d'actifs depuis début 2016: http://bit.ly/1WWsQjJ 
    * Volatilité au plus bas de l'année sur les actions: 
    * http://bit.ly/1UaudVV 
    * L'or repart à la baisse 
    * Pétrole et cuivre divergent: http://bit.ly/1sphW9J 
 
    PARIS, 31 mai (Reuters) - Les matières premières et en 
premier lieu le pétrole, les obligations à haut rendement et les 
actions américaines figurent en tête du palmarès de la 
performance des classes d'actifs en euro au cours du mois de 
mai. 
    Graphique de la performance des classes d'actifs sur le mois 
de mai :  
    http://bit.ly/1P0HS07 
     
    La stabilisation de l'économie chinoise, la dissipation des 
inquiétudes sur la reprise américaine et la perspective d'un 
rééquilibrage du marché pétrolier ont permis aux actifs risqués 
d'absorber le revirement des anticipations de hausse de taux de 
la Réserve fédérale des Etats-Unis, après la publication le 18 
mai du compte rendu de la dernière réunion du comité de 
politique monétaire de la banque centrale américaine. 
    En évoquant un possible relèvement des taux d'intérêt dès 
juin, la Fed a déclenché un mouvement de correction sur les 
marchés obligataires américains, sur lesquels les rendements à 
10 ans se sont rapprochés de 1,90% après 1,7050% le 13 mai. Ils 
demeurent toutefois sous les niveaux du début de période, 
permettant aux Treasuries de dégager une performance positive 
sur le mois. 
    La poursuite de politiques monétaires ultra-accommodantes, 
voire les anticipations de nouvelles mesures d'assouplissement 
notamment au Japon, ont limité l'impact sur les rendements 
européens et japonais du redressement des taux longs américains, 
lui même freiné par les achats d'investisseurs non résidents en 
quête de rendement.  
    Dans ce contexte, les Bunds à dix ans ont dégagé une 
performance positive alors que leur rendement passait de 0,275% 
à 0,175% entre le début et la fin du mois. 
    Sur les marchés actions, les valeurs américaines affichent 
une progression de 1,63% entre la fin avril et la clôture du 27 
mai, au terme d'une évolution en deux temps : une phase de 
consolidation amorcée fin avril et qui a duré jusqu'au 19 mai, 
suivie d'un net rebond lorsque la dissipation des craintes sur 
la reprise américaine a compensé la perspective d'une 
accélération du calendrier de la hausse des taux.  
    Les valeurs européennes et japonaises sont quasi étales sur 
le mois, dans un environnement de volatilité au plus bas depuis 
le début de l'année.  
    Graphique de l'évolution de la volatilité des marchés 
actions européens et américains depuis le début de l'année : 
    http://bit.ly/1UaudVV 
     
    A Paris, le CAC 40  FCHI  dégage une performance de 2% sur 
le mois, qui lui permet pratiquement de retrouver son niveau du 
début de l'année. 
    En revanche, l'indice MSCI des actions émergentes  .MSCIEF , 
plombé notamment par la perspective d'un relèvement plus rapide 
que prévu des taux directeurs américains, recule de 3,5% en mai 
et réduit sensiblement ses gains depuis son point bas de l'année 
touché fin janvier. 
    Graphique de la performance des classes d'actifs depuis la 
fin 2015 :  
    http://bit.ly/1WWsQjJ 
     
    L'or  XAU= , qui a atteint un plus haut de l'année à 
1.303,60 dollars l'once le 2 mai, a cédé près de 8%, repassant 
sous le seuil de 1.200 dollars l'once en séance le 30 mai. 
    "La période d'intervention exceptionnelle des banques 
centrales est loin d'être terminée et les acheteurs continueront 
à se tourner vers l'or en raison du climat d'inquiétude", 
estiment les analystes de J.P. Morgan Asset Management. 
    "Toutefois, si la croissance résiste bien aux Etats-Unis et 
si les taux d'intérêt remontent dans le pays, l'or pourrait 
perdre de son éclat", préviennent-ils. 
    Les cours du cuivre  CMCU3 , considérés comme un bon 
indicateur avancé de l'évolution de la production industrielle 
et plus largement de l'activité économique mondiale, ont reculé 
sur le mois.  
    Leur évolution diverge de celle des cours du pétrole, alors 
qu'ils sont généralement assez bien corrélés, même si le 
plongeon du pétrole à partir de la mi-2014 a été nettement plus 
marqué que celui du cuivre.  
    Graphique de l'évolution des cours du pétrole et du cuivre 
depuis 2008 et leur divergence depuis la fin mars 2016 : 
    http://bit.ly/1PfOr4x  
 
 (Marc Joanny, édité par Dominique Rodriguez) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux