GRAPHES-Marchés-L'obligataire au plus bas, or et franc suisse montent

le
0
    LONDRES, 8 juin (Reuters) - Les doutes sur la solidité de la 
reprise américaine et l'incertitude entourant l'issue du 
référendum britannique sur le maintien du Royaume-Uni au sein de 
l'Union européenne poussent les investisseurs vers les valeurs 
refuges comme l'or, les obligations souveraines ou le franc 
suisse.  
    Les rendements obligataires à l'échelle mondiale mesurés par 
Citi ont atteint un plus bas record mardi, entraînés par la 
baisse de ceux de l'emprunt d'Etat de référence à 10 ans 
allemand tombé lui aussi à un plus bas inédit de 0,03%.  
    Graphique sur la moyenne des rendements obligataires 
mondiaux calculée par Citi : http://tmsnrt.rs/24RpaVB 
     
    Dans le même temps l'or a rebondi de plus de 3% depuis la 
publication vendredi du rapport mensuel sur l'emploi aux 
Etats-Unis pour le mois de mai qui a fait état des plus faibles 
créations de postes en cinq ans.  
    Graphique sur le rebond de l'or : http://tmsnrt.rs/25LFEii 
     
    Le franc suisse a quant à lui progressé de près de 3% pour 
atteindre son plus haut niveau contre le dollar en un mois.  
    Graphique sur le taux de change du franc suisse contre le 
dollar: http://tmsnrt.rs/25LFEii 
     
    La perspective d'un report d'une nouvelle hausse de taux 
directeurs par la Réserve fédérale américaine a certes soutenu 
pour l'instant la performance des marchés actions et des 
émergents mais elle a aussi renforcé les interrogations sur la 
solidité de l'économie américaine. 
    "Si la déception du rapport sur l'emploi se renouvelle le 
mois prochain, la question se posera de savoir si les 
valorisations actuellement élevées des marchés actions sont 
justifiées", a dit Kenneth Broux, responsable de la recherche 
actions, taux et change de la Société générale, qui se demande 
si le prochain mouvement d'aversion au risque ne pourrait pas 
venir des Etats-Unis.  
    "Je n'envisage pas de fort décalage des rendements 
américains dans les deux prochaines semaines, jusqu'au vote sur 
le Brexit. Le franc suisse devrait aussi rester à l'achat 
jusqu'à cette échéance, a ajouté Broux.  
    La faiblesse des créations d'emplois aux Etats-Unis au mois 
de mai a décalé les anticipations de hausse des taux directeurs 
par la Fed au mois de décembre, après l'élection présidentielle 
américaine.  
     Concernant un éventuel Brexit, les analystes du géant de la 
gestion obligataire PIMCO estiment qu'il ne représenterait pas 
un risque systémique à l'échelle mondiale mais qu'il 
entraînerait des perturbations majeures sur les marchés à court 
terme.  
     "Nous devons adopter une approche plus prudente", a dit 
Andrew Balls, responsable des investissements obligataires de 
PIMCO.  
     
     
 
 (Jamie McGeever, Marc Joanny pour le service français, édité 
par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux