GRAPHES-Le taux à 10 ans allemand, principal déterminant de l'euro/dollar

le , mis à jour à 16:15
0

par Anirban Nag et Nigel Stephenson LONDRES, 12 juin (Reuters) - La brusque remontée des rendements à 10 ans sur les obligations d'Etat allemandes a plus que compensé les inquiétudes sur un possible défaut de la Grèce pour alimenter l'appréciation de l'euro contre le dollar après les plus bas de douze ans atteints en début d'année par la devise européenne. La corrélation entre le rendement du Bund à 10 ans DE10YT=TWEB et le taux de change de l'euro/dollar EUR= est proche de ses plus hauts depuis février 2013. Graphique sur le cours de l'euro en dollar et sa corrélation avec le rendement à 10 ans du Bund : http://reut.rs/1QtgiOC Le rendement à 10 ans du Bund a franchi le seuil de 1,0% cette semaine faisant oublier un possible passage en territoire négatif, évoqué à la mi-avril, quand il était tombé à 0,05% sous l'effet des craintes de déflation au sein de la zone euro et la mise en oeuvre du programme d'assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne (BCE). L'euro s'échangeait alors à 1,07 dollar, à peine au-dessus d'un plus bas de douze ans à 1,0475, atteint le 16 mars. L'euro s'échange vendredi autour de 1,12 dollar après avoir atteint un plus haut de trois semaines à 1,1387 mercredi, jour où le rendement du Bund à 10 ans avait touché 1,05%. Les rendements du Bund à 10 ans ayant progressé plus rapidement que ceux des Bons du Trésor américain US10YT=RR de même échéance, l'écart entre les deux s'est réduit tombant en début de semaine à son plus bas niveau depuis début février. Cette évolution a rendu le dollar .DXY moins attractif pour les investisseurs en quête de rendement. Avec le rétrécissement de cet écart, les cambistes suivent plus que jamais l'évolution du rendement du Bund et celle de la volatilité du marché obligataire. "Il est exact que le rendement du Bund à 10 ans a été le principal moteur des mouvements de l'euro/dollar à moyen terme", a dit Yujiro Goto, stratégiste changes chez Nomura. "Nous pensons qu'avec la consolidation du (rendement) du Bund autour de 1%, l'attention va se porter progressivement vers la Réserve fédérale. Avec la prise en compte par les marchés de la perspective d'une hausse de taux en septembre puis en décembre, nous verrons les rendements américains remonter légèrement, en particulier sur la partie courte de la courbe." Les taux de change sont généralement influencés par la partie courte de la courbe des taux qui reflète les anticipations de taux d'intérêt. Le dollar/yen est ainsi très corrélé à l'écart des rendements à deux ans sur les emprunts d'Etat japonais et les Bons du Trésor américain. La combinaison des achats d'actifs de la BCE et de l'incertitude sur le calendrier de la hausse des taux par la Fed après le passage à vide de l'économie américaine au premier trimestre, ont conduit les investisseurs à privilégier la partie longue de la courbe. Des analystes soulignent aussi que beaucoup d'investisseurs ont pris prétexte de la remontée des taux à 10 ans allemands pour réduire les positions courtes sur l'euro mises en place au moment du lancement du programme d'assouplissement quantitatif de la BCE en mars. (Marc Joanny pour le service français)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux