GRAPHES-Le sterling rechute, rebond possible mais peu probable

le
0
    * Les positions vendeuses nettes à leur niveau 
pré-référendum: 
    * http://reut.rs/2cVvBAn 
    * Potentiel de hausse avec la bonne résistance de 
l'économie: 
    * http://bit.ly/1riT2nC 
    * Les positions longues à la hausse avec les bons 
indicateurs 
    * Le différentiel de taux GB-USA plaide pour une baisse: 
    * http://bit.ly/1n9Mki1 
    * Les déficits jumeaux freineront un éventuel rebond: 
    * http://bit.ly/2cxCWYr 
 
    26 septembre (Reuters) - La livre sterling se rapproche de 
ses points bas contre le dollar atteints après le vote en faveur 
de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit) mais 
un rebond de la parité n'est pas exclu même si les facteurs 
baissiers dominent.  
    Le sterling continue de s'affaiblir sur le marché des 
changes lundi, évoluant à des niveaux proches de plus bas de 
cinq semaines et se rapprochant du point bas post Brexit atteint 
le 6 juillet à 1,2796 dollar  GBP= .  
    Les déclarations du ministre britannique des Affaires 
étrangères, Boris Johnson, selon lesquelles Londres lancera en 
début d'année prochaine la procédure officielle de sortie de 
l'UE, qui pourrait selon lui être bouclée en moins de deux ans, 
ont pesé sur la devise. 
    "Les déclarations de Johnson ont eu un effet préjudiciable 
sur le sterling", relève Jameel Ahmad, analyste des changes chez 
FXTM.  
    Le sterling, qui avait pourtant rebondi à partir de la 
mi-août à la faveur d'indicateurs économiques soulignant la 
bonne résistance de la conjoncture britannique au Brexit, est 
nettement reparti à la baisse la semaine dernière.  
    L'ampleur de l'écart entre les indices de surprises 
économiques, calculés par Citigroup, de la Grande-Bretagne et 
des Etats-Unis plaide pourtant pour un net rebond. 
      
    Graphique sur l'écart des indices de surprises économiques 
GB-USA et l'évolution du taux de change sterling-dollar: 
    http://bit.ly/1riT2nC 
     
    "Les marchés pourraient commencer à prendre en compte un 
arrêt prématuré de l'assouplissement quantitatif au Royaume-Uni 
si les indicateurs économiques continuent de surprendre 
positivement", estime Athanasios Vamvakidis, de Bank of America 
Merrill Lynch.  
    Une perspective qui a contribué à un renforcement des 
positions longues sur le sterling tandis que les positions 
vendeuses nettes sont revenues à leur niveaux pré-référendum.  
     
    Graphique sur les positions vendeuses nettes sur le 
sterling-dollar : http://reut.rs/2cVvBAn 
     
    Le sterling pourrait aussi bénéficier des anticipations sur 
l'annonce de mesures de relance budgétaire lors de la 
présentation du budget rectificatif le 23 novembre (Autumn 
Statement).  
    "Les doutes croissants sur l'efficacité de nouveaux 
assouplissements monétaires pour relancer la croissance ont 
conduit les investisseurs à se concentrer sur les avantages 
d'une réponse budgétaire" à la faiblesse de l'activité et de 
l'inflation, rappellent les analystes de BofA Merrill Lynch.  
    Ce changement d'approche a entraîné une pentification des 
courbes de taux dans les pays où des mesures budgétaires sont 
attendues, dont le Royaume-Uni, ajoutent-ils.   
    Pour autant, l'évolution des écarts de taux entre les 
Etats-Unis et le Royaume-Uni plaide plutôt pour une poursuite de 
l'affaiblissement du sterling contre le dollar.  
     
    Graphique sur l'écart de taux à dix ans GB-USA et le 
sterling-dollar: http://bit.ly/1n9Mki1 
     
    Surtout, comme le rappellent les analystes de BofA Merrill 
Lynch, la Grande-Bretagne se caractérise par un double déficit - 
des finances publics et des comptes courants - rapporté au 
produit intérieur brut (PIB) parmi les plus élevés des pays de 
l'OCDE, ce qui réduit à la fois ses marges de manoeuvre 
budgétaires et la capacité de rebond de la livre. 
      
    Graphique sur le double déficit dans une sélection de paus 
de l'OCDE : http://bit.ly/2cxCWYr 
  
    Sources :  
    *GBP: Over-expectancy. Global FX Weekly. Bank of America 
Merrill Lynch. 23 septembre 2016.   
    *United Kingdom: Time to set up. Global Economics Weekly. 
Barclays. 23 septembre 2016. 
     
 
 (Jeremy Boulton, Anirban Nag et Marc Joanny pour le service 
français, édité par Wilfrid Exbrayat) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant