GRAPHES-Le bilan de la BCE battra en juin son record de la mi-2012

le
0
    * Le bilan de la BCE va retrouvera son plus haut niveau 
historique: 
    * http://bit.ly/20T9cng 
    * Il dépassera celui de la Fed début 2017 
    * Apport limité des achats d'obligations d'entreprise (CSPP) 
    * Les titres d'émetteurs français en 1ère ligne dans le 
CSPP: 
    * http://bit.ly/1O59hDn 
 
    PARIS, 1er juin (Reuters) - La Banque centrale européenne 
(BCE) n'est pas attendue jeudi sur de nouvelles mesures de 
politique monétaire mais ce probable statu quo n'empêchera pas 
son bilan de dépasser dans le courant du mois de juin son niveau 
record de la mi-2012. 
    Les semaines à venir seront aussi marquées par le lancement 
du programme de rachats d'obligations d'entreprise (CSPP), pour 
lequel les titres d'émetteurs français sont en première ligne.  
    Le gonflement du bilan de la BCE alimenté par le relèvement 
de ses achats mensuels d'actifs de 60 à 80 milliards depuis mars 
 va bénéficier du lancement de sa première opération de 
refinancement à long terme ciblée (TLTRO II), dont les résultats 
seront annoncés le 24 juin. 
    Des spécialistes du marché monétaire s'attendent à ce que 
les banques de la zone euro demandent au moins 425 milliards 
d'euros dans le cadre de cette première opération, un montant 
qui correspond à celui de la TLTRO I qui arrive à échéance ce 
mois-ci.  
    Le total des actifs de la BCE, qui s'établissait à 3.067 
milliards d'euros à la fin mai, dépasserait ainsi le précédent 
record de près de 3.100 milliards atteint en juin 2012 avec les 
premières opérations de refinancement à long terme, alors 
illimitées, de 2011 et début 2012.  
    La poursuite de la hausse du bilan de la BCE - avec les 
achats mensuels d'actifs et les trois autres TLTRO II 
programmées en septembre, en décembre et en mars prochains - 
devrait le conduire à dépasser en montant absolu celui de la 
Réserve fédérale américaine, désormais stabilisé autour de 4.500 
milliards de dollars, voire celui de la Banque du Japon si cette 
dernière ne décide pas de nouvelles mesures d'assouplissement.  
    Graphique sur l'évolution des bilans des principales banques 
centrales : http://bit.ly/20T9cng 
     
    Le total des actifs de la BCE représenterait alors 35% du 
produit intérieur brut (PIB), un ratio bien supérieur à celui de 
la Fed.  
    Pour autant, la BCE serait encore loin des seuils atteints 
par la Banque du Japon (près de 90% du PIB) ou la Banque 
nationale suisse (près de 100% du PIB). Dans le principe, elle 
dispose donc encore d'amples marges de manoeuvre pour lutter 
contre les risques de déflation si nécessaire. 
     
    AUTOUR DE 5 MDS PAR MOIS EN MOYENNE POUR LE CSPP 
    Deux limites peuvent toutefois hypothéquer une prolongation 
voire une augmentation de son programme d'assouplissement 
quantitatif.  
    La première tient à la réaction des marchés aux dernières 
annonces de la BCE et de la Banque du Japon, qui ont entraîné 
une appréciation de l'euro comme du yen, à l'inverse de l'effet 
recherché et au double risque de peser sur l'activité en 
pénalisant les exportations et de saper les efforts pour 
soutenir l'inflation en déprimant les prix à l'importation.  
    De plus, comme le soulignent les économistes de BNP Paribas, 
une prolongation des achats d'actifs au-delà de mars 2017 - 
terme annoncé du programme en cours - se heurtera à la 
raréfaction des titres disponibles en raison des critères 
d'éligibilité retenus par la BCE.  
    Ils rappellent que l'offre nette de titres souverains au 
sein de la zone euro, déjà négative de 112 milliards d'euros en 
2015, le sera de 303 milliards au second semestre 2016.  
    "Si les rendements continuent de baisser, toute prolongation 
semble problématique sans changer la limite d'achat par titre", 
préviennent-ils en référence au seuil d'un tiers maximum de 
l'encours d'une émission obligataire souveraine éligible que 
s'est fixé la BCE. 
    "Si la BCE augmente la limite d'achat par titre à 50%, cela 
permettra de prolonger les achats de huit mois", estiment-ils. 
    Le programme d'achats d'obligations d'entreprise en 
catégorie d'investissement (CSPP) annoncé en mars et dont le 
démarrage est prévu en juin, n'offre qu'une réponse très 
partielle à ce problème. 
    Les économistes de BNP Paribas estiment que l'enveloppe des 
titres éligibles au programme CSPP ne dépassera guère cinq 
milliards d'euros en moyenne par mois.  
    Pour les responsables de la stratégie crédit pour l'Europe 
de Bank of America Merrill Lynch (BAML), le CSPP peut toutefois 
enclencher une augmentation durable des émissions obligataires 
par les entreprises européennes, que son annonce a déjà 
favorisée. Le CSPP pourrait ainsi "devenir un succès 
auto-entretenu", alimentant un cycle de fusions-acquisitions en 
Europe, estiment-ils.  
    Les critères d'éligibilité de la BCE pour le CSPP placent 
les titres d'émetteurs français en première ligne, notent-ils 
par ailleurs. Ces titres représenteraient le tiers des 741 
milliards d'euros de l'univers de référence de la BCE, selon 
eux. 
    Graphique sur la répartition par origine géographique des 
émetteurs de titres corporate éligibles au CSPP :  
    http://bit.ly/1O59hDn 
     
    Pour autant, "il n'y a pas encore eu de surperformance 
manifeste des actifs français", en réponse à cette situation; 
que ce soit en terme de resserrement des écarts de rendement par 
rapport à d'autres émetteurs de la zone euro de même qualité de 
signature qu'en terme d'évolution des indices boursiers, 
relevaient-ils dans une note de recherche publiée le 26 mai.  
     
    Sources :  
    *Aperçu sur la BCE: La BCE devrait économiser ses munitions. 
Special Report. Natixis. 31 mai 2016.  
    *The ECB and the world... The European Credit Strategist. 
Bank of America Merrill Lynch. 26 mai 2016  
    *ECB Preview-Balance sheet rising to all-time highs ? Exane 
BNP Paribas. 26 mai 2012  
    *Le point sur le QE de la BCE. Conjoncture en zone euro. BNP 
Paribas. 31 mai 2016  
 
 (Marc Joanny, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux