GRAPHES-L'inflation proche d'un creux, nouvelle donne pour les marchés

le
0
    * Les anticipations d'inflation se sont redressées: http://bit.ly/1XuDA5T 
    * Pas de correction obligataire à attendre comme il y a un 
an 
    * Un facteur déclenchant pour la rotation sectorielle 
 
    16 mars (Reuters) - Les anticipations d'inflation se sont 
légèrement redressées au cours des dernières semaines, laissant 
penser qu'elles pourraient avoir passé leur point bas, ce qui ne 
sera pas sans conséquence sur les taux et la rotation 
sectorielle sur les marchés actions. 
    Les anticipations d'inflation mesurées par les swaps 
d'inflation à 5 ans dans 5 ans se sont redressées aux Etats-Unis 
comme au sein de la zone euro sous l'effet du redressement des 
cours des matières premières, en particulier du pétrole après 
son récent double creux.  
    Graphique des swaps d'inflation à 5 ans dans 5 ans au sein 
de la zone euro et aux Etats-Unis et des cours du pétrole : 
    http://bit.ly/1XuDA5T 
     
    Aux Etats-Unis, l'amélioration des données conjoncturelles a 
pu aussi contribuer à ce redressement des anticipations 
d'inflation, tandis qu'en zone euro elles ont été soutenues par 
les mesures d'assouplissement annoncées la semaine dernière par 
la Banque centrale européenne. 
    Au-delà des anticipations d'inflation, l'inflation constatée 
devrait bénéficier d'effets de base favorables, liés notamment à 
l'arrêt de la chute des cours du pétrole.  
    Ce retournement des anticipations d'inflation et le 
redressement attendu de l'inflation constatée sont-ils 
susceptibles de déclencher une remontée des taux ? Voire une 
correction obligataire à l'instar de celle constatée de la fin 
avril à la mi-juin 2015 quand les rendements à 10 ans en 
Allemagne étaient passés d'un plus bas historique de moins de 
0,08% à près de 1% avant de rechuter et de toucher un plus bas 
fin février sous 0,11% ? 
    Graphique de l'évolution du rendement du Bund à 10 ans et 
des anticipations d'inflation :  
    http://bit.ly/22lBdpr 
     
    "Après la tentative avortée de jouer la reflation en 
mai-juin (2015), nous doutons que les effets de base 
entraîneront la même poussée à la hausse sur les rendements 
cette fois-ci", préviennent les économistes d'Exane BNP Paribas. 
    "Les marchés auront très vraisemblablement besoin d'être 
réassurés sur le fait que l'inflation revient en territoire 
positif, ce qui sera mieux observé par une hausse de l'inflation 
de base (hors éléments volatils comme les prix alimentaires et 
de l'énergie)", estiment-ils. 
    Ils s'attendent à un lent redressement de l'inflation de 
base au sein de la zone euro, sous réserve d'une poursuite de la 
reprise avec des chiffres autour de 1,3% à 1,4% en rythme annuel 
dans la première moitié de 2017, que les marchés jugeront plus 
rassurants. 
    Mais ils soulignent que l'extension du programme d'achats 
d'actifs de la BCE, dont ils n'excluent pas qu'il puisse encore 
être amplifié à l'automne, et les pressions déflationnistes à 
l'échelle mondiale freineront la remontée des taux longs. 
    "Des anticipations sur un ralentissement des achats de la 
BCE pourraient se faire jour fin 2016-début 2017 et pousser les 
rendements à la hausse", estiment-ils toutefois. 
    Sur les marchés actions, une confirmation du redressement 
des anticipations d'inflation constituerait un signal important 
pour la rotation sectorielle, écrivent de leur côté les 
analystes de Bank of America Merrill Lynch. 
    Le secteur des ressources de base, sans surprise, est 
fortement corrélé aux swaps d'inflation, en particulier au cours 
de l'année écoulée, rappellent-ils. 
    Graphique de l'indice Stoxx 600 des ressources de base et 
des anticipations d'inflation à 5 ans dans 5 ans depuis un an :  
    http://bit.ly/21uTQVy 
     
    "Les financières et certains secteurs cycliques sont aussi 
corrélés positivement avec les swaps d'inflation", rappellent 
aussi les analystes de Bank of America Merrill Lynch. 
    Sur le long terme, le secteur des banques et celui de 
l'automobile sont ceux qui présentent la corrélation positive la 
plus forte avec les swaps d'inflation. 
    "Les secteurs corrélés plus négativement avec les swaps 
d'inflation comprennent les valeurs défensives et certains biens 
de consommation cycliques, dont celui des Loisirs et des 
Voyages", sur lequel la banque d'investissement est passée à 
sous-pondérer.  
 
    Sources :  
    * Inflation is troughing - and yields ? Calling Europe. 
Exane BNP Paribas. 15 mars 2016.  
    *Inflation expectations may be forming a trough. European 
Equity Strategy. Bank of America Merrill Lynch. 14 mars 2016  
     
 
 (Marc Joanny, édité par Dominique Rodriguez) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux