GRAPHES-L'euro condamné à s'apprécier comme le yen si la BCE déçoit ?

le
0
    * Yen et euro contre  dollar depuis septembre 2015: 
    * http://tmsnrt.rs/1U1uqzj 
 
    par Anirban Nag 
    LONDRES, 8 mars (Reuters) - Un nouvel assouplissement de la 
politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), très 
largement attendu, ne suffira pas nécessairement à affaiblir 
l'euro, estiment des intervenants du marché des changes en 
rappelant que l'adoption par la Banque de Japon de taux négatifs 
fin janvier avait été suivie d'une appréciation du yen. 
    Ceux qui sont positionnés à la baisse de l'euro se montrent 
d'autant plus prudents qu'ils se souviennent de la hausse de la 
devise européenne après la déception provoquée par les annonces 
de la BCE en décembre.  
    A la suite des annonces faites à l'issue du conseil des 
gouverneurs du 3 décembre, qui avaient déçu par rapport aux 
fortes attentes du marché, l'euro s'était apprécié de plus de 4% 
contre le dollar  EUR= , prenant à revers les hedge funds et les 
spéculateurs qui s'attendaient à sa baisse. 
    Graphique sur l'évolution comparée du yen et de l'euro 
contre le dollar depuis septembre 2015 :  
    http://tmsnrt.rs/1U1uqzj 
     
    L'euro s'était alors apprécié en dépit des attentes d'une 
hausse des taux directeurs aux Etats-Unis, la première en 10 
ans, que la Fed a effectivement annoncée le 16 décembre. 
    Pour jeudi, les investisseurs s'attendent à une nouvelle 
baisse de 10 points de base du taux de dépôt de la BCE, à 
-0,40%, à une amplification de son programme d'achats d'actifs 
voire à l'introduction de taux de dépôt différenciés, comme l'a 
fait la banque du Japon. 
    "Le marché a pris cela en compte, ainsi que la perspective 
d'une communication accommodante de la part de la BCE", dit 
Yujiro Goto, responsable de la stratégie changes chez Nomura. 
"Si la BCE déçoit, alors nous pourrions assister à un bond de 
l'euro à court terme." 
    La devise européenne a progressé de 1,7% contre le dollar 
depuis le début de l'année pour remonter au-dessus de 1,10 
dollar en dépit des anticipations d'un nouvel assouplissement 
monétaire part la BCE. 
    Ce raffermissement s'explique en grande partie par le statut 
- qu'elle partage avec le yen - de devise de financement du 
"carry trade", consistant pour des opérateurs à s'endetter dans 
des devises à très faibles taux d'intérêt pour investir dans des 
actifs à plus forts rendements.  
    Le débouclage de ces opérations en période de regain 
d'aversion au risque, comme celle qui a prévalu du début de 
l'année jusqu'à la mi-février, se traduit par une appréciation 
des devises concernées. 
    Le yen est ainsi en hausse de près de 5% contre le dollar 
depuis le 29 janvier, date de la décision surprise de la Banque 
du Japon d'adopter des taux négatifs. 
    Des taux encore plus négatifs en zone euro ne tireront donc 
pas nécessairement la devise européenne vers le bas.  
    
 
 (Graphique par Nigel Stephenson, Marc Joanny pour le service 
français, édité par Marc Angrand) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant