GRAPHES-Europe-PIB par tête, Grèce et Ukraine

le
0

* Grèce et Espagne, les plus fortes variations du PIB/tête * Italie, Portugal plus pénalisés en termes de baisse du PIB/tête * Seule l'Allemagne a vu son PIB/tête progresser depuis la crise * Un clivage Est-Ouest plus que Nord-Sud en niveaux de PIB/tête * Evolution des PIB par tête: http://bit.ly/1M6ycBY * Niveaux de PIB par tête: http://bit.ly/16KT2q4 10 février (Reuters) - Les niveaux et l'évolution de la richesse par habitant en Europe peuvent éclairer certains des défis auxquels elle est confrontée, de la crise grecque à la crise ukrainienne. L'Espagne et la Grèce sont les deux pays de la zone euro qui ont connu les variations de plus forte ampleur de leur PIB réel par tête depuis le passage à la monnaie unique. En Grèce, le PIB réel par tête a ainsi progressé de près de 40% entre 1998 et 2007, avant le déclenchement de la crise financière. Fin 2013, il était supérieur d'un peu plus de 7% au niveau atteint quinze ans auparavant. En Espagne, le PIB par tête a progressé d'un peu plus de 20% entre 1998 et 2007. Fin 2013, il ne se situait qu'un peu plus de 10% au-dessus de son niveau de 1998. D'autres pays ont connu des variations de fortes amplitudes de leur PIB réel par tête, en particulier l'Irlande et la Finlande, mais ils affichent une progression de près de 25% sur quinze ans. Graphique de l'évolution des PIB par tête à prix constants de dix des pays membres de la zone euro: http://bit.ly/1M6ycBY ITALIE ET PORTUGAL MAL LOTIS En Grèce comme en Espagne, une bonne partie de la spectaculaire amélioration du niveau de vie enregistrée dans les dix premières années de l'union monétaire a été reperdue dans les cinq suivantes. Ce sont aussi les deux pays dans lesquels le rejet des politiques d'austérité a trouvé une traduction politique très commentée avec l'arrivée de la formation de gauche radicale Syrisa au pouvoir en Grèce et la forte percée dans les sondages d'opinion de Podemos en Espagne. Pourtant deux autres pays ont connu des évolutions de leur PIB par tête moins favorables que la Grèce ou l'Espagne sur la période. Il s'agit de l'Italie et du Portugal. Pour la première, le PIB par tête à prix constant était fin 2013 au même niveau qu'en 1998 : l'aventure de la monnaie unique s'est révélée une opération blanche à cet égard. Pour le Portugal, la progression a été d'à peine plus de 5%. Ni l'Italie, ni le Portugal n'avaient toutefois enregistré une progression aussi spectaculaire de leur PIB par tête que celle de la Grèce et de l'Espagne. Il n'est toutefois pas certain que le vent de contestation qui souffle sur la Grèce et l'Espagne trouve des oreilles très compatissantes auprès des dirigeants italiens ou portugais dont les électeurs ont vu leur situation moins s'améliorer que celle des Grecs ou des Espagnols. CLIVAGE NORD-SUD... Par ailleurs, le clivage traditionnel entre l'Europe du Sud et l'Europe du Nord se retrouve assez largement en prenant comme critère l'évolution des PIB par tête en moyenne sur l'ensemble de la période. Et la France, où le Front national s'est installé en tête dans les intentions de vote, appartient clairement à la première catégorie. Parmi les pays dont le PIB par tête sur la période a progressé de près de 1% à 2% l'an entre 1998 et 2013 figurent en effet l'Allemagne, l'Autriche, la Finlande, la Belgique et les Pays-Bas mais aussi l'Irlande. Si l'Allemagne, n'est pas le pays qui a connu la plus forte progression en moyenne annuelle sur la période, elle est en revanche le seul pays dont le PIB par tête a progressé depuis la crise financière. L'Espagne, la France, la Grèce, le Portugal et l'Italie ont de leur côté connu une progression du PIB par tête à prix constants sensiblement inférieure à 1% l'an en moyenne sur la période. Tableau de la croissance moyenne annuelle des PIB par tête en Europe sur la période 1998-2013: http://bit.ly/1zCnkXm ...ET EST-OUEST En revanche, en termes de niveau absolu de PIB par tête, le clivage dominant au sein de la zone euro et plus largement de l'Union européenne est un clivage Est-Ouest. Tableau des niveaux comparés de PIB par tête au sein de l'Union européenne: http://bit.ly/16KT2q4 A cette aune, le défi principal de l'UE apparaît l'intégration des ex-pays de l'Est qui l'ont rejointe et l'amélioration du niveau de vie de leur population. Il prend une dimension particulière en pleine crise ukrainienne. La Grèce, où le niveau de PIB par tête est comparable à celui de nombreux autres pays d'Europe centrale et orientale, aura du mal à persuader ces derniers comme les contributeurs nets au budget de l'UE qu'elle justifie un traitement privilégié. Sources : * La zone euro après les élections en Grèce. Présentation de Jean-Marc Daniel. Institut de l'Entreprise. 29 janvier 2015 * Recessions are political bombs. Blue Book. 2015 Outlook. Axa Investment Managers. (Marc Joanny, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant