GRAPHES-Changes-Le yuan se déprécie, mais plus contre le dollar

le
0
    par Sujata Rao et Vincent Flasseur 
    LONDRES, 23 mars (Reuters) - La Chine a orchestré une 
dépréciation constante de sa devise qui est largement passée 
inaperçue cette année parce qu'elle est intervenue contre les 
monnaies de ses principaux partenaires commerciaux autres que 
les Etats-Unis plutôt que contre le dollar.  
    Les devises émergentes se sont dans l'ensemble appréciées en 
2016, leur hausse s'accélérant depuis la fin janvier avec 
l'éloignement de la perspective d'une hausse rapide et soutenue 
des taux directeurs de la Fed, ce qui a mis un coup d'arrêt à la 
progression du dollar.  
    Le yuan est stable contre la devise américaine depuis le 
début de l'année  CNY= . Mais son taux de change effectif 
nominal, ou pondéré par les échanges commerciaux, a reculé de 3% 
alors que la plupart des devises émergentes ont gagné jusqu'à 
7%, comme le rouble par exemple.  
    Graphique sur le taux de change pondéré par les échanges 
extérieurs des devises émergentes et contre le dollar :  
    http://reut.rs/1Rg2Hcj 
     
    "(Le yuan) est l'une des devises qui enregistre la pire 
performance en termes pondérés des échanges extérieurs cette 
année. C'est largement passé inaperçu mais le fait que la Chine 
ait utilisé cette occasion pour continuer de déprécier sa devise 
mérite d'être souligné", a dit Kamakshya Trivedi, responsable de 
la recherche sur les marchés émergents de Goldman Sachs.  
    La Chine fait référence au taux de change du yuan pondéré 
par les échanges extérieurs depuis décembre avec comme objectif 
de réduire le lien avec la devise américaine et Pékin a maintenu 
la parité dollar/yuan pratiquement stable dans le cadre de la 
fixation quotidienne du cours pivot contre le dollar depuis le 
début de l'année. 
    Le véritable test pour les autorités chinoises interviendra 
en cas de reprise de l'appréciation du dollar, estime Kamakshya 
Trivedi. 
    "L'enseignement que je retire de cela c'est qu'en cas d'une 
reprise du mouvement d'appréciation du dollar, ils ne laisseront 
pas la dépréciation en termes pondérés des échanges extérieurs 
s'inverser et l'on pourrait alors voir le cours pivot du 
dollar/yuan décaler à la hausse", a-t-il ajouté. 
    Le yuan s'est apprécié de l'ordre de 30% en termes nominaux 
entre 2005 et 2015 avant que Pékin ne procède à une dévaluation 
surprise en août dernier. Une nouvelle dépréciation du yuan 
reste souvent présentée comme un possible remède au 
ralentissement de la croissance et des exportations chinoises. 
    La dépréciation du taux de change pondéré par les échanges 
extérieurs pourrait inquiéter d'autres pays émergents ou 
asiatiques. Après les Etats-Unis et l'Allemagne, les principaux 
partenaires commerciaux de la Chine sont dans l'ordre le Japon, 
l'Australie, Hong Kong, la Malaisie, Taiwan, le Brésil et la 
Russie. 
    Contrairement à l'année dernière pendant laquelle 
l'affaiblissement du yuan avait fait craindre des dévaluations 
compétitives, les mouvements intervenus depuis le début de 
l'année n'ont guère suscité de réaction. 
    "Le marché est obsédé par la fixation des cours pivot du 
dollar/yuan. Mais la Chine... parvient à la même dépréciation 
sans perturber les marchés ou accentuer la fuite des capitaux", 
a dit Manik Narain, stratégiste d'UBS. 
    "Ils veulent revenir sur une partie de l'appréciation en 
termes réels qu'ils ont accumulée au cours des dernières 
années." 
    Une poursuite de la dépréciation du yuan risque de suciter  
un certain malaise chez les partenaires commerciaux de la Chine 
en Asie et les poussera à freiner l'appréciation de leur devise 
par des interventions sur le marché des changes ou des baisses 
de taux, prévient-il.  
     
 
 (Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique 
Tison) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant