GRAPHES-Actions émergentes, un rallye sans lendemain ?

le
0
    * Six rallyes avortés des actions émergentes depuis mai 
2011: 
    * http://bit.ly/1q1k8U3 
    * Une performance relative fortement corrélée au dollar : 
    * http://bit.ly/1UsznBM 
 
    PARIS, 30 mars (Reuters) - Les actions émergentes ont été 
les vedettes du premier trimestre, enregistrant sur février et 
mars un net rebond conforté par le retour des investisseurs 
internationaux sur cette catégorie d'actifs, dont le rallye 
risque toutefois d'être sans lendemain. 
    Depuis son point bas du 21 janvier, l'indice MSCI EM a 
progressé de 14% en devises locales et de près de 21% après 
prise en compte des effets de change des devises émergentes 
contre le dollar  .MSCIEF . 
    "Des reprises de cette ampleur ne sont pas exceptionnelles", 
rappelle Jonathan Lowe, responsable de stratégie 
d'investissement chez JP Morgan Asset Management, qui dénombre 
six cas antérieurs d'une progression supérieure à 10% entre 
creux et sommet depuis le pic de l'indice MSCI EM en mai 2011. 
Des rebonds qui ont ensuite tous été effacés.  
    Graphique sur les six rallyes avortés de l'indice MSCI EM 
depuis mai 2011 : http://bit.ly/1q1k8U3 
     
    Le rebond des deux derniers mois s'est accompagné d'un début 
de retour des investisseurs internationaux sur les actifs 
émergents. Ils ont acquis pour 36,8 milliards de dollars 
d'actions et d'obligations émergentes au mois de mars, le 
montant mensuel le plus élevé en près de deux ans, selon des 
données publiées mardi par l'International Institute of Finance. 
 .  
    Sur les deux premiers mois de l'année, les dégagements des 
investisseurs internationaux avaient porté sur près de 11 
milliards de dollars, après 730 milliards de sorties sur 
l'ensemble de l'année 2015.  
    Pour Jonathan Lowe, la progression des marchés émergents 
s'explique par la confluence de plusieurs facteurs : 
l'atténuation des inquiétudes sur la croissance mondiale, le 
rebond des prix des matières premières et en particulier du 
pétrole, ainsi que la correction de la trajectoire du dollar par 
rapport à de nombreuses devises émergentes.  
    Ce dernier facteur est le plus déterminant selon lui, au 
point qu'il estime que la Réserve fédérale américaine "peut 
s'attribuer l'essentiel du mérite du rebond des actions 
émergentes". 
    Les deux réunions de la Fed qui ont eu lieu cette année et 
l'intervention de sa présidente Janet Yellen, mardi, ont 
fortement tempéré les anticipations de hausse du taux directeur 
en 2016, contribuant à freiner l'appréciation du dollar. 
  
    "Les données historiques montrent que les actions émergentes 
ont tendance à nettement surperformer par rapport à leurs 
homologues des marchés développés au cours des périodes de 
faiblesse prononcée du dollar et à sous-performer dans les mêmes 
proportions au cours des périodes de fermeté prononcée du 
dollar."  
    Graphique sur la corrélation entre la performance relative 
des marchés émergents et le dollar : http://bit.ly/1UsznBM 
     
    L'essentiel du repli du dollar au cours des huit dernières 
semaines résulte d'une modération des anticipations de taux, qui 
ne résisterait pas à une confirmation du dynamisme de l'activité 
économique aux Etats-Unis, prévient Jonathan Lowe. 
    "Bien que la crainte de la Fed ait pu être excessive à 
certains moments, un nouvel accès de fermeté du dollar contre 
les devises émergentes demeure une menace qui pourrait limiter 
le potentiel de hausse", des actions émergentes, estiment de 
leur côté les analystes de Barclays. 
    Ils soulignent aussi que les économies émergentes fortement 
dépendantes des matières premières et des exportations de 
produits manufacturés resteront pénalisées par la faiblesse de 
la demande en provenance de Chine.  
     
    Sur le même thème :  
    *ANALYSIS - Investors tiptoe back into emerging markets as 
storms clouds longer.   
     
    Sources :  
    *Marchés émergents : Comment s'explique leur récent 
raffermissement. Investment Insights. JP Morgan Asset 
Management. 28 mars 2016.  
    *Global Outlook Overview. Still no-sustained turnaround in 
EM. Barclays. 22 mars 2016.  
 
 (Marc Joanny, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant